Les Etats-Unis face à un tournant majeur

  • Repêchage Mondial 2023 - Les Etats-Unis face à un tournant majeur
    Repêchage Mondial 2023 - Les Etats-Unis face à un tournant majeur
Publié le , mis à jour

Battus lors des barrages par l’Uruguay puis le Chili, les états-Unis, qui recevront le Mondial 2031, ont une ultime chance de se qualifier pour la Coupe du monde en France.

C’est un sommet qui se tiendra à Dubaï (Emirats-Arabes-Unis) ce vendredi. En jeu, la dernière place pour la Coupe du monde 2023. Les postulants sont comme attendu les États-Unis et le Portugal. Les deux nations n’ont éprouvé aucune difficulté à se défaire de Hong Kong et du Kenya. La troisième journée du tournoi de qualification final sera donc le théâtre d’une « finale ». Comme c’est le cas depuis le début du tournoi, la communication du groupe américain a opté pour la sobriété. Il faut dire que le parcours des Eagles depuis un an relève presque du cauchemar. Après avoir raté le match retour contre l’Uruguay l’an passé pour le play-off Amériques 1, ils se font surprendre par les Chiliens au tour d’après. Deux tentatives manquées qui les mèneront à ce tournoi à Dubaï.

Les Etats-Unis n'ont manqué que l'édition de 1995

La désillusion vécue contre le Chili a laissé des traces et le staff mené par Gary Gold a décidé d’organiser un stage en Afrique du Sud pour resserrer les rangs. Ce qui fait que le groupe travaille ensemble depuis six semaines. « En réponse à la défaite contre le Chili, les sacrifices qu’ont fait ces joueurs, loin de leurs familles pendant de longues semaines dont certains avaient des enfants en bas âge, c’est une histoire incroyable, saluait le sélectionneur. Je ne suis pas sûr que les gens à l’extérieur puissent le comprendre. C’est un groupe de gars fabuleux. Je ne sais pas de quoi sera fait le match de vendredi mais je partirai la tête haute. »

« L’intensité des entraînements n’a pas de comparaison à ce qu’on a vécu auparavant, notait le capitaine AJ MacGinty. Le moral des troupes est au beau fixe et les fondations sont solides. » Le Toulousain David Ainu’u, qui connaît bien la sélection malgré son âge (22 ans), se satisfaisait lui aussi de la progression des Eagles : « Je ne peux qu’observer le progrès des joueurs et des entraîneurs lors des sessions d’entraînement. Ça fait la différence dans un tournoi comme ça. Ce dernier match est très excitant. »

Maintenant, le plus dur reste à faire face à cette sélection portugaise qui a étonné les observateurs grâce aux qualités de ses lignes arrière. « Ils savent très bien déplacer le ballon. Ils ont emmagasiné beaucoup de confiance lors de leurs derniers matchs », annonçait Gary Gold. N’empêche que malgré la communication des états-Uniens, la sélection nord-américaine reste favorite dans ce match couperet. L’expérience d’une nation qui a disputé toutes les Coupes du monde à l’exception de 1995 n’est pas à négliger. De plus, la réception du Mondial en 2031 ajoute une pression sur les épaules des Eagles. « Je ne sais pas si c’est le match le plus important de notre carrière. Mais il est certain qu’il est capital, répondait le technicien. 2031, c’est demain… »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin Put
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?