Montauban, un stage pour se reconstruire

  • Montauban, un stage pour se reconstruire
    Montauban, un stage pour se reconstruire Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’ensemble du groupe est parti en stage en Corrèze durant la trêve. L’objectif : resserrer les liens.

Après la tempête, Montauban a pris le temps de se réorganiser. La semaine dernière, alors que la grande majorité des équipes ont profité d’une semaine de vacances après le deuxième bloc, les Montalbanais avaient décidé de se resserrer, lors d’un stage de quatre jours à l’espace des 1 000 sources de Bugeat (Corrèze). Quatre-vingt-seize heures durant lesquelles le groupe s’est isolé pour mieux s’unifier, avec pour objectif de redresser la barre après un début de saison manqué. C’est Pierre-Philippe Lafond, qui a succédé à David Gérard avant le match contre Massy, qui a pris l’initiative d’instaurer ce stage. Il racontait : «L’idée, c’est que comme j’avais été nommé sur une semaine de championnat, une semaine sans match me permettait de faire plus ample connaissance avec le groupe et de prendre le temps de se retrouver ensemble. Je trouve que c’était important d’avoir des discussions avec l’ensemble du groupe. J’ai trouvé les joueurs très concernés par la problématique de l’équipe et du club. Lors de ce stage, on s’est refixé un cap.»

Preuve de la nécessité de ces quelques jours entre eux, les quarante-cinq joueurs et le staff ont été pleinement investis pour le club et la vie du groupe, durant une semaine où ils auraient pu rester tranquillement en vacances.

Traduire le renouveau sur le terrain

«Les joueurs ont eu un jour de vacances mais on leur a pris des jours où ils auraient pu être chez eux à Montauban. Mais la situation fait qu’il faut savoir prendre de son confort pour sortir de là où nous nous trouvons. Surtout, nous étions entre nous, il n’y avait personne pour nous déranger. Et on n’est pas montés en Haute-Corrèze pour faire un paint ball. C’était l’occasion de s’entraîner, de travailler sur le projet de jeu mais aussi de discuter du projet de vie. Cela a été très riche avec beaucoup de discussions et de bonnes séances d’entraînement.» Alors que tout est remis à plat, il ne manque plus qu’à traduire ce renouveau sur le terrain puisque l’USM flirte encore avec la zone rouge. Lafond concluait : «La semaine de Massy, on n’avait pas le temps de discuter, il fallait agir. Là on a dit des choses entre nous, qui resteront entre nous. C’était important de passer par cette étape-là.» Rendez-vous à Colomiers pour voir l’acte 1 de ce nouveau Montauban. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?