Rouen veut entamer un nouveau cycle positif

  • Rouen veut entamer un nouveau cycle positif
    Rouen veut entamer un nouveau cycle positif Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Rouen n’a pas donné son meilleur visage lors du dernier match à Oyonnax. La lourde défaite (61-13) n’a pas été du goût de Nicolas Godignon, qui a rappelé quelques principes à ses joueurs , tout au long de cette semaine de préparation pour la venue de Carcassonne.

Rouen a toujours eu du mal face à ce profil d’équipe, solide physiquement, ne fuyant pas les zones de combat, et jouant à la limite souvent. D’ailleurs, Rouen n’a jamais réussi à dominer Carcassonne, ni à l’aller ni au retour la saison dernière. Ce serait donc une vraie marque d’évolution des Normands d’enfin prendre la mesure des Audois. «Il faut reprendre notre marche en avant, être dynamique à la performance, mettre de l’alternance à notre jeu, de la fraîcheur, de la spontanéité… L’an passé on a chuté deux fois. Ils ont perdu beaucoup de leur ossature de la saison dernière, où ils avaient vécu une année bien plus positive. Ils ne sont pas forcément à leur place aujourd’hui, on doit se concentrer sur nous», confie Renaud Dulin, le coach des trois-quarts rouennais.

Rouen ne jouera donc pas différemment fondamentalement, toujours avec son bon jeu au pied d’occupation. Mais il y aura une volonté de proposer aussi autre chose. Le replacement de Peter Lydon à l’ouverture donne le ton sur l’envie de jouer de Rouen. «Nous pouvons être plus patients à certains moments du jeu, plus analytiques. On doit apporter un peu de créativité, mais notre bilan est en même temps plutôt bon. On va jouer sous la pluie, on peut en être quasi sûr, donc il faudra maîtriser le ballon. On a reçu et joué beaucoup d’équipes du top 6 sur cette première partie de saison, et on est bien placé, donc il va falloir capitaliser sur ce bon démarrage», analyse le technicien normand.

«Les revanchards, ce sont nous»

Du côté des joueurs, le repos bien avalé, on a plutôt hâte d’en découdre, et de repartir vers l’avant, en oubliant vite ce déplacement catastrophique dans l’Ain face au leader. «On a vécu le bloc de l’enfer qu’on nous avait annoncé, mais on s’en sort avec trois victoires (Mont-de-Marsan, Soyaux-Angoulême, Biarritz) et une rouste à Oyonnax. C’est clair qu’elle fait mal à la tête celle-là. On a donc dû bien travailler et surtout se dire que seule la victoire est belle. Ça va être rude face à Carcassonne, ils doivent prendre le temps de digérer tous les changements. On n’a pas oublié les deux défaites de l’an passé. Les revanchards, ce sont nous cette année» affirme Abdelkarim Fofana, le puissant troisième ligne normand.

Pour les lignes arrière, c’est le même sentiment, notamment pour Malcom Bertschy, arrivé en prêt à Rouen en provenance de La Rochelle, qui a envie de gagner en temps de jeu et en performance. «Je suis avant tout content d’avoir du temps de jeu, j’ai eu un parcours long en arrivant de la Réunion, après trois ans au pôle à Tours, j’ai été repéré par La Rochelle. Mais je ne jouais pas beaucoup au vu de la forte concurrence, j’ai rencontré Renaud Dulin, dans la sphère privée (de passage chez son frère Brice, voisin de Bertschy en Charente) et il m’a proposé de venir jouer à Rouen. Le Pro D2 c’est rude, et Carcassonne en est un bon exemple, ça tape dur, donc je sais que je vais pas mal défendre et c’est un secteur où je dois encore progresser. Ce genre de match est parfait pour se jauger, avoue le joueur.

On souhaite donc à Rouen de se faire adouber par les dieux de la pluie, afin d’éviter de se noyer à nouveau et à domicile.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?