Test match - Face au Japon, Reda Wardi et Dany Priso dansent de nouveau ensemble

  • Reda Wardi et Dany Priso dansent  de nouveau ensemble
    Reda Wardi et Dany Priso dansent de nouveau ensemble Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après avoir passé trois saisons ensemble à La Rochelle, les piliers Reda Wardi et Dany Priso sont de nouveaux en concurrence en équipe de France.

Ils ont passé trois saisons ensemble à défendre les couleurs de La Rochelle. Reda Wardi et Dany Priso sont maintenant réunis en équipe de France et ils devraient, pour la première fois en Bleu, retrouver leurs bonnes vieilles habitudes en partageant le temps de jeu ce dimanche face au Japon, en raison de la blessure de Cyril Baille face aux Springboks. « On savait que nous avions deux potentiels du niveau international à un même poste », se souvient Grégory Patat, qui avait accueilli Dany Priso avec les espoirs rochelais avant de voir arriver Reda Wardi chez les professionnels. « C’était une question qui revenait toutes les semaines et toujours un sujet délicat pour savoir qui allait jouer. Ils n’ont pas eu le même parcours mais ce sont tous les deux de gros bosseurs, qui ont travaillé très dur pour y arriver. Ils se sont tiré la bourre tous les deux. Il y avait une saine compétition entre les deux, avec beaucoup de respect, mais il leur fallait gagner le numéro un chaque semaine. Ils répondaient tous les deux présents dans cette lutte acharnée. C’était un réel bonheur, surtout qu’ils avaient un lien affectif très fort avec Uini Atonio, qui a été une sorte de grand frère. Uini, avec son pouvoir d’attraction, savait démystifier cette concurrence à sa façon car ils étaient très proches. » 

Ce n’est pas une surprise pour l’actuel manager de l’Aviron bayonnais de retrouver ses deux anciens protégés sous le maillot de l’équipe de France tant il était convaincu du potentiel des deux hommes, qui présente selon lui des qualités similaires : « Ce sont des garçons qui sont costauds en mêlée et qui ont une capacité exceptionnelle à répéter les tâches. Leur jeu sans ballon est extraordinaire, et c’est un enjeu fondamental du rugby moderne. Dany et Reda, ce sont piliers qui sont capables d’arriver sur le premier rideau, chasser comme des troisième ligne et ils peuvent faire ce type d’actions indéfiniment. Ce ne sont pas des gros porteurs de balle, comme peut l’être Cyril Baille, mais ils font la différence par cette capacité à multiplier les tâches avec des physiques hors normes. »

Des parcours différents

La différence entre les deux hommes vient certainement de leur apprentissage du haut niveau. Si Reda Wardi a fait ses gammes en Pro D2 avec Béziers, enchaînant trois saisons avec plus de vingt feuilles de match avant de rejoindre La Rochelle, Dany Priso a dû se former en se pliant à l’intransigeance de Patrice Collazo. Avant de lui offrir sa chance avec les professionnels, l’ancien manager rochelais n’a pas hésité à lui imposer des allers-retours avec les espoirs où il pouvait évoluer en troisième ligne pour lui apprendre à se démultiplier sur le terrain, tout en progressant défensivement sur la technique de plaquage. Si leur parcours a été différent, ils se retrouvent maintenant au coude à coude sur la ligne d’arrivée et veulent montrer qu’ils peuvent accompagner Cyril Baille et Jean-Baptiste Gros lors de la prochaine Coupe du monde.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?