Pro D2 - Béziers, une réplique sinon rien

  • Avec une quinzième place les Biterrois de Gabin Lorre doivent impérativement s’imposer face à Rouen pour sortir de la zone de relégation.
    Avec une quinzième place les Biterrois de Gabin Lorre doivent impérativement s’imposer face à Rouen pour sortir de la zone de relégation. Photo Stéphanie Biscaye - Stéphanie Biscaye
Publié le

Les Biterrois n’auront pas d’autres alternatives que le succès face à Rouen. Sous peine de plonger tout un club dans le doute.

Les faits sont têtus et peu vertueux ces dernières semaines auprès de l’ASBH. Le classement traduisant de trop nombreuses défaites impactant un premier tiers de championnat peu reluisant. Après de nombreuses réunions et prises de décisions pour tenter d’inverser la tendance, l’heure est venue de concrétiser sur le pré pour enrayer la spirale négative qui s’installe. La réception de Rouen induira des conséquences selon le résultat, et le capitaine Maxime Espeut n’élude aucunement ce sujet : "On sait très bien que d’autres enjeux sont liés à cette rencontre. On disputera le match pour s’éloigner du bas du classement mais aussi pour toute une ville et notre staff." Le ton est posé, place à des réjouissances de l’ordre du devoir et de l’obligation. Le quotidien change par ricochet, comme le centre le confirme : "Les entraînements sont moins joyeux. Nous avons décidé entre nous d’être beaucoup plus durs les uns envers les autres. Nous n’avons plus le droit à l’erreur, sinon cela relève de la faute professionnelle et tout le monde l’a bien compris." La crispation est palpable face à l’urgence comptable qui plombe les Héraultais restant sur trois défaites consécutives à domicile au Stade Raoul-Barrière.

Rompre la sinistrose

Si l’objectif primaire est d’atteindre la réussite, Béziers trouvera sur sa route, des Normands ambitieux cette saison loin de leurs bases, capables de s’exporter comme le suggèrent les victoires à Massy et Soyaux-Angoulême notamment. Une indication soulevée par Maxime Espeut : "C’est une formation qui dispute le haut du tableau dorénavant. On imagine qu’ils n’ont pas apprécié leur revers face à Carcassonne et qu’ils tenteront de se relancer. Mais nous aurons envie également de remporter la mise devant notre public." Voilà pour les présentations d’usage et les accointances diplomatiques avant le combat. Mais la mission proposée requiert d’autres implications selon lui : "Nous sommes susceptibles d’être à la hauteur quand nous mettons de l’ordre dans notre rugby. Ces défaites ont écorné notre confiance, c’est certain. Mais quand je vois notre engagement défensif à Vannes dernièrement ou bien notre aptitude offensive face à Aix, réunir ces compétences durant quatre-vingts minutes nous sortira de l’ornière j’en suis persuadé." Un équilibre nécessaire donc, entre un passé pas si lointain où la jeunesse sémillante triomphait sur tous les registres dans le jeu courant et ces promesses qui ne demandaient qu’à être entretenues. Un rendez-vous que l’ASBH ne peut plus se permettre de galvauder, car les secousses engendrées propulseraient le club aux onze Brennus dans l’incrédulité.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?