Pro D2 - Une place à défendre pour Oyonnax

  • Continuer à avancer en prenant du plaisir et en faisant de Mathon une citadelle, voilà le maître mot d’Oyonnax pour la réception d’Aurillac, revenu dans la course au top 6. Photo La Dépêche du Midi - Morad Cherchari
    Continuer à avancer en prenant du plaisir et en faisant de Mathon une citadelle, voilà le maître mot d’Oyonnax pour la réception d’Aurillac, revenu dans la course au top 6. Photo La Dépêche du Midi - Morad Cherchari
Publié le

En position de leader le club de l’Ain retrouve sa citadelle de Mathon avec la volonté de continuer à avancer.

Comment ne pas réveiller des souvenirs vieux de 10 ans alors que comme lors de la saison 2012-2013 qui l’avait vu accéder au Top 14, Oyonnax a creusé l’écart en haut de tableau. Le succès rapporté d’Agen lors de la onzième journée, ne manque pas de rappeler celui que les Oyomen avaient décroché, exactement au même stade du championnat, à Lyon. Joe El Abd, alors joueur, ne conteste pas les similitudes : "Notre objectif de l’époque était d’accéder au Top 14 et pour l’atteindre le plus simple et le plus sûr était de viser la première place. Il est le même aujourd’hui, mais si notre détermination est identique nous savons très bien que la place de leader ne nous apporte aucune assurance. Elle peut juste nous permettre d’aborder en position favorable le sprint final. Par rapport à il y a dix ans la croyance du groupe est identique, mais le chemin sera forcément différent et nous devons en tenir compte dans la gestion de notre saison."

Il y a dix ans, après onze journées, Oyonnax avait creusé un écart de dix points avec son dauphin, Brive. Les quatre points rapportés d’Agen permettent aujourd’hui à l’équipe de l’Ain de posséder neuf longueurs d’avance sur Biarritz et Vannes. Pas de quoi détourner Joe El Abd de ses convictions : "Ce n’est pas ce que nous regardons, pour nous la priorité est de rester concentrés sur nos performances. En début de saison Oyonnax a été désigné comme le favori, il fallait assumer. Dans la situation qui est la notre aujourd’hui notre volonté est de continuer. Plutôt que de nous satisfaire de notre classement nous préférons le regarder en nous posant une simple question, pourquoi sommes nous là ? La réponse est simple, parce que nous travaillons dur. Si nous arrêtons de le faire la situation peut très vite changer."

Sept match sans défaites

La série de sept matchs sans défaite en cours ne modifie pas un discours qui depuis le début de saison reste articulé autour d’un maître mot, l’exigence. Sur ce point Joe El Abd se veut catégorique : "Nous avons encore devant nous une énorme marge de progression et nous allons tout faire pour l’exploiter." Le patron des Oyomen dévoile quelques axes de travail "à Agen nous avons fait tomber beaucoup de ballons ce qui a perturbé notre jeu. Images à l’appui nous avons aussi attiré l’attention des joueurs sur certains détails à améliorer en défense".

C’est dans cet état d’esprit qu’Oyonnax aborde la réception d’Aurillac. "Nous voulons continuer à avancer, à prendre du plaisir, à en apporter à notre public. Sur notre terrain synthétique nous n’avons pas le droit de ne pas tout donner face à cette équipe d’Aurillac", rappelle Joe El Abd. Face aux Cantalous l’objectif des Oyomen ne se limitera pas à conforter leur place de leader. Il ne se résumera pas plus à entretenir la série positive en cours pour se rapprocher de celle de dix matchs sans défaite réalisée la saison passée. En toile de fond de ce rendez-vous avec une équipe d’Aurillac revenue dans la course au top 6 après sa victoire face à Nevers s’inscrira une autre volonté présentée comme l’un des objectifs majeurs en début de saison, faire de Mathon une place forte, une citadelle.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?