Top 14 - Le jeu au sol de l'UBB pour remonter en flèche

  • Ce sera donc la première de l’ère post Urios. On attend des bordelais plus agressifs sur les regroupements, là où ils ont tant pêché récemment.
    Ce sera donc la première de l’ère post Urios. On attend des bordelais plus agressifs sur les regroupements, là où ils ont tant pêché récemment. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Ce sera donc la première de l’ère post Urios. On attend des bordelais plus agressifs sur les regroupements, là où ils ont tant pêché récemment.

Est-ce le début d’une nouvelle ère ? Les observateurs ont donc vécu leur première semaine de l’UBB post-Urios. Sous la triste pluie de novembre, les Bordelais se sont préparés sous les ordres de Frédéric Charrier, Julien Laïrle et Jean-Baptiste Poux. De cette rupture surgiront peut-être des résultats en flèche mais la première semaine fut marquée du sceau du silence. Pas de paroles disponibles pour expliquer les enjeux de la semaine et l’état des blessés. En attendant, il faudra tout de suite se rendre à Perpignan là où tout a commencé à partir en sucette. On imagine que le staff a planché sur la grande interrogation de cette partie de championnat. L’UBB, onzième, est trop faible offensivement. Cette équipe est la douzième attaque. En termes d’essais marqués, elle est onzième. Par comparaison, sa défense est plutôt correcte : sixième en termes de points encaissés et même cinquième si l’on s’en tient aux essais concédés.

De nouvelles têtes

Cette équipe ne marque pas assez d’essais. Quand on compte dans ses rangs des talents éclatants comme Matthieu Jalibert, Yoram Moefana, la surprise Santiago Cordero ou la surprise Madosh Tambwe, ça fait désordre. Le second écueil reste le jeu au sol. C’est dans ce secteur que les Bordelais ont vraiment sombré à Pau, dernière référence à ce jour. Julien Laïrle avait insisté sur ce point, cœur des insuffisances et peut-être du manque d’investissement des joueurs. C’est peut-être dans ce domaine que s’est incarnée la défiance entre les joueurs et Urios. On imagine que les entraîneurs se sont appliqués à reconstruire leur pack. L’UBB compte quand même des spécialistes, avec Jefferson Poirot, Maxime Lamothe ou Ben Tameifuna par exemple. Aucun n’était titulaire à Pau (seul le premier était remplaçant). Bastien Vergnes-Taillefer amène aussi son écot dans ce secteur mais une blessure à une épaule le tient éloigné des terrains jusqu’à la mi-décembre. Même topo pour Guido Petti Pagadizábal, même s’il a l’image d’un spécialiste du jeu aérien. On a donc observé les nouveaux, l’Italien Renato Giammarioli, ou l’Anglais Tom Willis, histoire de cerner leur profil.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PREVOT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?