Top 14 - Jono Gibbes : « On a brisé les cœurs de notre public »

  • Jono Gibbes ne se cherchait pas d'excuse après la lourde défaite encaissée au Racing.
    Jono Gibbes ne se cherchait pas d'excuse après la lourde défaite encaissée au Racing. Icon Sport
Publié le

Sans envie, maladroits et dépassés à Nanterre, les Jaunards ont donné une bien triste image de leur équipe, dimanche après-midi…

Pour tout dire, la composition des Jaunards eut de quoi surprendre, avant cette rencontre : le grand Sébastien Vahaamahina avait été laissé au repos, le Puma Tomas Lavanini était retenu par son mariage et Sébastien Bézy, le numéro 1 des numéros 9 clermontois, avait quant à lui été placé sur le banc de touche par son manager, Jono Gibbes. Dès lors, Clermont avait-il décidé de faire l’impasse à Nanterre ? Dimanche, Gibbes balayait l’argument d’un revers de main : « On a un squad important et un effectif de cinquante gars. Depuis le début de saison, on gagne et on perd à cinquante mecs. » En ce sens, Gibbes n’a pas tout à fait tort. Car ce n’est pas le talent qui a manqué aux Jaunards à Nanterre, face au Racing. C’est la détermination, l’envie, le courage.

En fin de rencontre, l’ouvreur Anthony Belleau expliquait donc : « Le Top 14 ne fait pas de cadeaux et dimanche après-midi, on n’a clairement pas été au niveau. On a très mal démarré ce match et au final, il n’y a pas eu photo. Nous nous sommes créé quelques occasions mais avons été incapables de les concrétiser : c’est très frustrant parce que nous n’avons fait que reculer. Mais plus que tout, il va nous falloir ces prochains jours retrouver de l’énergie, de l’entrain, de l’envie. Il y a un vrai travail à faire là-dessus et a priori, ça ne demande pas de talent particulier. Sur l’attitude, on se doit désormais d’être irréprochables. »

Gibbes : « Le rugby, c’est du mental et du combat »

Irréprochable ou pas, toujours est-il que l’ASMCA reste sur une série de trois défaites et un match nul. Y a-t-il urgence ? « Il y a 26 matchs de saison régulière et la Coupe d’Europe, poursuivait Belleau dans les entrailles de l’Arena. Il y aura, dans la saison, des moments où nous serons euphoriques et d’autres où nous serons dans le dur. Là, nous sommes dans le dur et tout est évidemment négatif. Sachons faire le dos rond et manger notre pain noir. Tôt ou tard, nous rebondirons. » 

Et à ce titre, le plus vite sera le mieux. « Ce mauvais résultat montre le travail qu’il nous reste à faire, concluait Gibbes dans les Hauts-de-Seine. Le rugby, c’est du mental et du combat. Face au Racing, nous avons pêché là-dessus. Nous n’avons pas attaqué les ballons portés, nous avons manqué d’agressivité en défense… On a brisé les cœurs de notre public. La réaction est capitale face à Montpellier, samedi. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc Duzan
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?