Top 14 - Les oubliés du Racing 92 vous saluent bien !

  • Antoine Gibert auteur d’un essai et d’un vrai retour gagnant.
    Antoine Gibert auteur d’un essai et d’un vrai retour gagnant. Icon Sport
Publié le

Face à Clermont, Antoine Gibert, Hassane Kolingar, Fabien Sanconnie et Camille Chat ont tous été euphoriques. Et si le renouveau du Racing s’expliquait aussi par leur retour ?

Après le carton qu’il vient de passer aux Jaunards, le Racing reste sur quatre victoires consécutives, s’est hissé sur le podium du championnat et produit un jeu globalement très plaisant. La vie est belle, n’est-ce pas, Monsieur Travers ? « On n’est qu’à la onzième journée et il en reste quinze, retoquait aussitôt le patron sportif francilien, en conférence de presse. Il faut garder le cap parce que ça cavale pas mal, derrière… Nous n’étions pas les plus mauvais il y a un mois et nous ne sommes probablement pas les meilleurs du monde aujourd’hui. Mais ce qui est certain, c’est que l’on veut tendre vers plus de volume, plus de vitesse et qu’aujourd’hui, ça nous sourie ».

Bien plus conquérant dans le combat collectif qu’il ne l’était jusqu’ici, assis sur un alignement d’une incroyable efficacité et hystérisé par une ligne de trois-quarts de calibre international, le club des Hauts-de-Seine est également porté par le retour en grâce de quatre hommes qui avaient partiellement disparu des radars, ces derniers mois. Antoine Gibert, auteur d’un match majuscule face à Clermont, fait indéniablement partie de ceux-là : barré par un très bon Finn Russell depuis le début de saison, "Gibus", qui couvre indifféremment les deux postes de la charnière, paye probablement ici sa polyvalence, laquelle fait de lui un remplaçant idéal. « Le rugby à 15, poursuit Travers, ça n’existe plus. Les finisseurs, les impact players sont tout aussi importants que ceux qui démarrent. La polyvalence d’Antoine Gibert est donc plus un atout qu’autre chose, pour nous. »

Comment "Sanco" a retrouvé la foi

Au-delà du cas Gibert, il faut aussi souligner la résurrection au plus haut niveau de Fabien Sanconnie, qui sort de deux saisons blanches après avoir été lourdement blessé au genou, Hassane Kolingar (lire en page 5) ou Camille Chat. Ledit "Sanco", repositionné au poste de deuxième ligne par Travers et Casadéi et huit fois titulaire depuis le début de saison, se déplace énormément, combat beaucoup et offre à l’alignement francilien de solides garanties.

Quant à Camille Chat, il a mis sa blessure au péroné à bonne distance et retrouvé le gaz qui était le sien il y a trois ans, à une époque où il était considéré comme aussi fort que Julien Marchand, le désormais incontournable talonneur des Bleus. « Vous parlez d’hommes et ces hommes-là sont comme vous et moi, concluait Laurent Travers dimanche après-midi. Dans leurs vies, ils ont des moments de fatigue, des moments de doute et d’euphorie. C’est aussi ça, la gestion humaine, le management, l’accompagnement. Il n’a jamais été question d’écarter ou d’enterrer qui que ce soit. Nous les avons encouragés et ils nous rendent pleinement cette confiance. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?