Pro D2 - Le calendrier de l’avent d'Aurillac commence par Colomiers

  • La réception de Colomiers va être déterminante pour ce mois de décembre, à condition de rester solidaire et concernés durant quatre-vingts minutes.
    La réception de Colomiers va être déterminante pour ce mois de décembre, à condition de rester solidaire et concernés durant quatre-vingts minutes. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La réception de Colomiers va être déterminante pour ce mois de décembre, à condition de rester solidaire et concernés durant quatre-vingts minutes.

« C’est l’histoire d’un mec », comme dirait Coluche, un mec qui va devoir composer avec 14, non 22 autres, "pour poursuivre la belle aventure aurillacoise sur ses terres", pourrait facilement compléter le staff. Et à l’approche des fêtes de Noël, de conditions climatiques qui vont se détériorer tout comme certaines pelouses, c’est donc le mec de devant qui va devoir montrer la voie.

Il devra arborer ses plus beaux habits de mineur pour aller au charbon, éviter de s’ouvrir un chemin de croix pour encore espérer toucher sa belle étoile. Entre-temps, quelques obstacles comme Colomiers qui n’a aucunement envie de tendre la joue et fera tout pour tomber l’invincibilité cantalienne à domicile. À Aurillac de faire preuve de patience, de discipline et répondre favorablement à ce nouveau rendez-vous.

Et des arguments à faire valoir, Aurillac en a plein sa hotte à Jean-Alric. Si cela reste toujours délicat hors des bases – même si on a vu de bonnes choses en première période à Oyonnax – les Cantaliens savent se retrouver, se resserrer et empêcher l’adversaire d’avancer dans les derniers mètres. Vendredi, les fondamentaux seront au cœur du combat. Peut-être est-ce d’ailleurs la raison pour laquelle Roméo Gontineac a levé la voix cette semaine ?

Une petite piqûre de rappel concernant l’intensité et la concentration nécessaires à ce genre de rendez-vous. En premier lieu, le Stade aurillacois doit retrouver de sa verve sur la mêlée, peut-être moins dominatrice en ce moment, tout comme en touche où les lancers deviennent vraiment problématiques.

Surtout « ne pas s’endormir »

Des fondamentaux qui conditionnent forcément le reste car au sortir de ballons propres, il est plus facile de construire ou d’enchaîner. « On n’est pas encore là où l’on devrait être », admet Roméo Gontineac d’autant plus qu’Aurillac devra aussi se méfier d’une bête blessée. « Ils ont perdu il y a quinze jours chez eux. On sait que Colomiers va venir comme des morts de faim ici. C’est une équipe très forte sur les fondamentaux, mais qui va nous proposer aussi du défi physique », prévient le technicien roumain. Mais pas que ! Pour lui, Colomiers c’est aussi du solide dans le jeu. « Alors à nous de ne pas s’endormir et d’imposer notre rugby. Je pense que nous avons un groupe pour le faire. » Les Cantaliens ont encore une fois travaillé très dur cette semaine, avec le retour, qui plus est, d’une grande partie des cadres.

Ce soir, Aurillac devra répondre aux défis, être solide, faire bien et faire propre. Et histoire d’en rajouter une couche, le groupe sait pertinemment que derrière la victoire, tout est permis. Un Aurillac qui gagne à domicile, c’est ambitionner un tout scénario le 16 décembre. Dans le Cantal, on veut croire encore au Père Noël… mais place à Colomiers d’abord.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?