Grand Stade : Callisto débouté par la justice

  • Grand Stade : Callisto débouté par la justice.
    Grand Stade : Callisto débouté par la justice. FFR.
Publié le

Mardi, le délibéré de la Cour d’appel de Paris, au sujet du conflit entre la FFR et l’association Callisto au sujet du "Grand Stade", est tombé.

Petit rappel des faits : au moment où Pierre Camou et Serge Blanco, alors aux commandes de la fédération, avaient lancé l’idée d’un "Grand Stade" en banlieue parisienne, l’association Callisto faisait partie des candidats à l’élaboration de celui-ci et avait alors mis en avant les qualités de son projet : la beauté symbolique d’une enceinte de forme ovoïde et au toit fermé, un stade supposément bénéficiaire dès la première année et, en filigrane, un dossier capable de sauver le département de l’Essonne d’une certaine "déshérence économique". Les patrons de la FFR avaient alors préféré retenir le projet Populus, lequel leur semblait plus solide. Une série de procès, portant entre autres sur une mise en concurrence déloyale et opposant la FFR à Callisto, avait alors vu le jour. Ils avaient tous été remportés par la Fédération. En 2017, l’association Callisto XV était pourtant revenue au combat en assignant Bernard Laporte, président de la FFR, et Serge Simon, son vice-président, en justice pour avoir abandonné le projet de "Grand Stade" de façon qu’elle jugeait "unilatérale". Pour autant, le tribunal d’Evry avait décidé, le 25 juin 2021 et après plusieurs audiences, de ne pas juger l’affaire pour "vice de forme". Callisto avait aussitôt fait appel de cette décision et le 4 octobre dernier, la Cour d’Appel de Paris avait donc entendu les représentants de la fédération et ceux de Callisto.

Pour la fédération, une victoire significative

Mardi soir, le délibéré est tombé et la Cour d’Appel a débouté Callisto de toutes ses demandes, qu’elle a ainsi jugées irrecevables. C’est donc une victoire significative que vient de signer la fédération sur le plan judiciaire, même si les représentants de Callisto envisagent aujourd’hui le pourvoi en cassation. Bernard Laporte et Serge Simon, eux, sont toujours en attente d’un autre délibéré, attendu le 13 décembre au correctionnel de Paris et portant sur des délits relevant de manquements supposés à la probité. Un verdict autrement plus attendu, semble-t-il… M. D.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?