L'opinion du Midol : Invaincus à Jean Dauger, pas le sujet !

  • A l'issue des douze premières journées de Top 14, l'Aviron Bayonnais est invaincu à domicile
    A l'issue des douze premières journées de Top 14, l'Aviron Bayonnais est invaincu à domicile Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les droits d’auteurs du poète basque (aujourd’hui disparu) sont montés en flèche depuis que Camille Lopez est devenu le chef d’orchestre de Jean Dauger. Sa chanson des « fêtes de Mauléon », créée en …1950, y est désormais un tube, au même titre que la « Peña Baiona ». Encore une fois elle a été reprise dans la magnifique ambiance de la victoire face à Lyon. Pour la sixième fois, cette saison, les bayonnais sont restés maîtres dans leur enceinte. Pour la sixième fois le stade a vibré à guichets fermés. Et les joueurs ne se lassent plus de leur tour d’honneur qui n’en finit plus.

Au-delà de l’ambiance, ce sont des points précieux qui s’amassent. Rester invaincu à Jean Dauger n’est pourtant pas un sujet évoqué dans le vestiaire. « De toutes façons, il faut essayer de gagner tous les matchs, estime Facundo Bosch. C’est important de communier avec le public. Mais Jean Dauger ou pas, il faut rester performant lors de tous les matchs. » Grégory Patat confirme, il n’y a pas d’objectif en la matière : « On ne l’aborde pas ainsi. C’est clair que si on arrivait à le faire, ce serait grandiose. Avec une telle atmosphère, une telle ambiance, ça peut créer une grosse synergie. Mais on n’en parle pas. »

Néanmoins, la performance des basques est à souligner. Les récents vainqueurs de Toulouse sont tombés dans ce stade qui en redemande et qui se met maintenant à rêver. Le Racing, l’UBB, La Rochelle, Toulouse et donc Lyon, ténors de ce championnat, sont repartis contrits. Paradoxalement, Perpignan, l’équipe la plus modeste des six, a donné du fil à retordre aux bayonnais qui ont su, ce jour-là, aller chercher des ressources au fond d’eux-mêmes, mus par cette prodigieuse force venue d’un stade déchaîné.

Ce que certains appellent le supplément d’âme. Le supplément « Jean Dauger ». 

Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?