Les Castrais marchent sur un fil après la courte victoire face à Pau

  • Vilimoni Botitu est congratulé par ses partenaires. Le centre fidjien a inscrit l’essai de la gagne dans les derniers instants.
    Vilimoni Botitu est congratulé par ses partenaires. Le centre fidjien a inscrit l’essai de la gagne dans les derniers instants. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Grâce à leur force de caractère et à un essai à la dernière minute, les Tarnais ont préservé leur invincibilité à domicile.

Les Castrais poursuivent leur numéro d’équilibristes. Depuis le début de la saison, ils marchent sur un fil, s’accrochant à leur invincibilité à domicile pour préserver toutes leurs chances dans ce Top 14. Mais, il n’est pas simple de jouer aux funambules. Face à la Section paloise, les hommes de Pierre-Henry Broncan ne sont pas passés loin de manquer leur coup et de chuter dans le vide, à l’image de cet interminable arbitrage vidéo qui a permis de refuser un essai au troisième ligne palois Reece Hewat alors que les Castrais auraient pu alors compter huit, voire dix points de retard. Tout Pierre-Fabre a aussi retenu son souffle en voyant Dan Robson se faire une énième fois la malle (61e) et servir son arrière Jack Maddocks, lancé vers l’en-but avant de s’écrouler, repris par le bout d’un crampon par Filipo Nakosi. Il était alors bien difficile d’imaginer que les Castrais fêteraient vint minutes plus tard leur vingt-septième match sans défaite à domicile. Le pilier Quentin Walcker était forcément heureux de constater que son équipe avait su trouver les ressources pour s’imposer dans les dernières secondes malgré les imperfections du jour : «Nous sommes soulagés. Nous sommes allés chercher cette victoire face à une superbe équipe de Pau. Mais nous n’avons pas douté. Si cela avait été le cas, nous ne serions pas allés chercher la touche à la dernière minute. Il fallait se rassurer et passer par les avants.»

Une bonne décision sur la dernière action

Il est vrai que les Castrais auraient pu être tentés de prendre les points au pied sur cet ultime coup de sifflet en leur faveur pour limiter la casse avec un match nul. Pour l’entraîneur David Darricarrère, il n’en était pas question : «Les joueurs se sont posé la question, mais pas le staff. On leur avait demandé de prendre la touche. Après, ils prennent leurs responsabilités aussi, sur ce coup ils se sont fait confiance et ils ont eu raison. Cette action va déclencher ce petit surplus de confiance qui débouche sur cet essai victorieux. Dans les matchs précédents, on avait perdu beaucoup de points dans les dix dernières minutes, aujourd’hui, nous avons su forcer notre destin.» Si les Castrais marchent toujours en équilibre sur leur fil, ils savent néanmoins que leur situation reste fragile malgré une force de caractère qui fait partie de l’ADN de cette équipe, de ce club. Mais, ça ne saurait être suffisant pour viser plus haut, alors que le CO est toujours en fond de classement.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?