Pro D2 - Aurillac doit encore grandir pour espérer résister à Vannes

  • Face à l’une des meilleures équipes à l’extérieur, le Stade aurillacois va devoir élever encore son niveau de jeu et d’exigence.
    Face à l’une des meilleures équipes à l’extérieur, le Stade aurillacois va devoir élever encore son niveau de jeu et d’exigence. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Face à l’une des meilleures équipes à l’extérieur, le Stade aurillacois va devoir élever encore son niveau de jeu et d’exigence.

La première marche vient d’être franchie, il va falloir passer la deuxième. Dans ce mois de décembre qui vaut phase de révélation pour le Stade aurillacois, les protégés de Roméo Gontineac vont devoir hisser leur niveau face à ce qui se fait de mieux à l’extérieur cette saison (deux victoires et un nul). Pire que cela, le RC Vannes est un véritable poil à gratter pour les Cantaliens.

En effet, depuis l’arrivée des Bretons chez les professionnels en 2016, ils prennent un malin plaisir à contrarier le jeu des locaux. De deux premières défaites étriquées, ils ont appris pour venir l’emporter à Jean-Alric une fois sur deux depuis. Et comme on dit : « Jamais deux sans trois », sauf que cette troisième fois ce serait pour ce soir.

Vous pensez bien que les Cantaliens n’ont aucunement envie de laisser les Vannetais gâcher leur fête, d’autant plus qu’à l’approche de Noël, le cadeau sous le sapin pourrait être grandiose pour les locaux. Mais nous n’en sommes pas encore là. Car, encore et toujours, Aurillac a des arguments à faire valoir, notamment le plus important : c’est, avec Oyonnax, la seule équipe invaincue à la maison cette année. Alors nous n’en dirons pas plus car, superstition oblige dans le sport, il ne faudrait pas porter la poisse aux Cantalous.

En réalité, la finalité en fait est toute simple. Le Stade aurillacois à l’occasion ce soir d’enchaîner une deuxième victoire à la maison. « Chaque match ici est très important pour nous, appuie Eoghan Masterson. C’est d’autant plus important de gagner en plus. La semaine dernière, cela a été dur, mais c’est une victoire quand même et c’est cela le plus important. »

Conserver cette « énergie positive »

Du pragmatisme à l’anglo-saxonne et sans fanfaronnade pour le troisième ligne irlandais car il se souvient que "cela a été très compliqué face à Colomiers" et que le curseur devra être plus élevé face à Vannes qui, de plus, vient de s’incliner à la maison. Alors ce soir, il faudra encore mettre les bouchées doubles. « Physiquement, on se sent plutôt bien, même si on laisse beaucoup d’énergie sur nos fins de matchs, complète le trois-quarts Jimmy Yobo. Bien sûr qu’on aimerait contrôler plus, mais on y travaille, chaque semaine. »

Un capitaine de défense conscient des qualités du groupe, conscient de ce collectif en capacité de se transcender jusque dans les derniers instants pour ne pas céder. Aurillac qui plie, mais qui ne rompt toujours pas. « Je crois que nous n’avons pas encore pris l’ampleur des capacités que l’on a offensivement, de pouvoir accélérer quand on l’a décidé. On a encore besoin de grandir sur ça. »

Et ce n’est pas Roméo Gontineac qui dira le contraire. Depuis le début de saison, il peste de ne pas voir son groupe « oser plus » à l’heure où « la conquête fonctionne mieux. » Il faudra que ce soit encore le cas face à Vannes, en faisant « moins de fautes, être attentif sur nos positions, dans nos phases de rucks… », et surtout "en conservant cette énergie positive et ce caractère qui nous habitent. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?