Pro D2 - Massy dans l'urgence pour ne pas être décroché

  • Les Massicois sont tombés au classement faute de savoir convertir les occasions de victoires
    Les Massicois sont tombés au classement faute de savoir convertir les occasions de victoires Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Massicois sont tombés au classement faute de savoir convertir les occasions de victoires. Leur besoin de points est impératif, sous peine de décrochage rédhibitoire.

Sur l’observation de la saison dernière, Rouen, le dernier club sauvé de la division, s’était maintenu à la faveur de dix succès qui ont fait quarante-neuf points au classement, les Massicois sont quand même assez largués. Ils figurent à ce jour des promus insuffisants que la division a pris l’habitude de mâcher sans ménagement. Après le succès à la maison envolé à la dernière minute contre Nevers, celui vendangé contre Soyaux-Angoulême il y a quinze jours, dans cette fin de match pas du tout maîtrisée, les ont décrochés de la concurrence. Mais une lueur existe toujours, assez lumineuse même, dans leur espoir de rectifier leur position. Elle est alimentée par un double faisceau, le premier provenant du contenu convaincant de leurs prestations, en dépit de leurs maladresses, et le second de l’état actuel de leur effectif. Pour recevoir Colomiers, dans ce match devenu un tournant majeur de leur saison, le staff technique, pour la première fois, a été en mesure d’exercer de vrais choix de composition d’équipe.

Un niveau de concurrence retrouvé

Ce soir, douze coéquipiers qui prétendaient à figurer sur la feuille, n’y seront pas, et certains figurent parmi les appelés habituels. L’arrière Juan Kotze, le seconde ligne Evrard Oulaï, le troisième ligne Clément Lanen, ou le talonneur Mamoudou Meïté, supporteront les leurs en tribune. Les retours de certains blessés, ou les apparitions convaincantes de certains des laissés-pour-compte du début de saison, ont fait un peu bouger les lignes au moment d’appréhender la réception des Columérins. « Nous avons retrouvé un certain niveau de concurrence, et nous en avons besoin pour continuer à avancer et produire des prestations plus abouties , explique l’entraîneur des avants Julien Maréchal. Le centre Arthur Seigneuret, le jeune troisième ligne Andy Timo, et celui prêté par Agen, Samuel Nollet, ont été préférés pour accompagner cette ruade de la révolte. Le moment est tout à fait essentiel, et les Massicois l’aborderont légèrement pressurisés par leurs obligations comptables. Dans le programme de cette quatorzième journée, en raison du voyage de Montauban à Oyonnax, ou de celui de Béziers à Agen, le dernier du classement est en mesure de combler un peu de son retard sur certains de ceux qui le devancent. Manquer cette occasion, après avoir déjà manqué les opportunités précédentes de se mettre plus à l’aise au classement, passerait une couche de noir très mat sur ce parcours déjà un peu trop chaotique. Il est question ici de se remettre en course, et de ne pas provoquer une situation si mauvaise qu’elle en deviendrait pratiquement rédhibitoire. Jusqu’à présent, englués depuis un moment dans cette position difficile, les Massicois ont toujours réussi à jouer suffisamment libérés pour se créer des occasions de gagner. Il ne leur resterait plus qu’à convertir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?