Oyonnax face à un paradoxe après une deuxième période manquée contre Montauban

  • Les Oyomen de Kévin Lebreton ont "fait le métier" en disposant de Montauban.
    Les Oyomen de Kévin Lebreton ont "fait le métier" en disposant de Montauban. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré une deuxième période manquée, les Oyomen ont enchainé une dixième match sans défaite, avec le bonus en prime.

Cela peut paraître paradoxal au soir d’une septième victoire bonifiée qui a permis à Oyonnax d’enchaîner un dixième match sans défaite, mais dans les propos des joueurs comme dans ceux du staff, un mot est revenu comme un leitmotiv : «frustration». Le troisième ligne Kevin Lebreton s’en explique : «En première période nous avons été capables d’imposer notre jeu pour marquer quatre essais mais après la pause nous avons multiplié les petites erreurs et nous sommes sortis de notre match. Nous perdons des ballons, nous ne réussissons pas nos sorties de camp. Il y a eu de notre part un manque de maîtrise et c’est ce qui est frustrant. La semaine passée nous avions manqué notre première mi-temps, là c’est la deuxième. Nous devons nous remettre à l’endroit en continuant à travailler.» L’analyse est la même pour le centre Théo Millet : «Il y a la victoire, le bonus offensif parce que nous avons su poser les bases en première période. Après la mi-temps nous sommes revenus avec les mêmes intentions, mais nous avons commis beaucoup de fautes, nous avons manqué de discipline… parce que Montauban nous a poussés à le faire et c’est ce qui nous laisse de la frustration. Nous savions qu’un match piège nous attendait, nous avons vu qu’il ne fallait pas les prendre de haut.»

Les difficultés rencontrées traduiraient-elles une baisse de régime chez le leader ? Le centre oyonnaxien rejette l’hypothèse : «Il y a peut-être eu sur ce match un peu de faiblesse mentale de notre part. Nous savons sur quoi travailler.»

Joe El Abd aime les tests

Là où beaucoup se seraient satisfaits de prendre cinq points, Oyonnax, au nom de la règle de l’exigence érigée en début de saison est prêt à faire son autocritique, Joe El Abd s’en charge : «Il faut savoir profiter de chaque victoire, mais pour nous le plus important est de savoir comment nous en arrivons là. Face à Montauban nous aurions pu marquer plus en première période. Nous aurions dû tenir le match en deuxième mi-temps. Nous ne l’avons pas fait. Nous sommes frustrés parce qu’à un moment nous avons eu tendance à forcer les choses. Il aurait fallu plus respecter le jeu, faire preuve de plus de précision.» Pour l’entraîneur de l’Ain le constat ne se fait pas révélateur d’une quelconque faille : «Il n’y a pas de fatigue, pas d’usure, juste un manque de concentration.»

Dans le camp oyonnaxien, au-delà d’une frustration partagée, un autre point fait l’unanimité. «Montauban nous a proposé beaucoup de combat, nous aurons droit à la même chose à Colomiers. J’aime les tests. Celui que nous venons de passer nous prépare à celui qui nous attend. C’est une excellente piqûre de rappel. Nous allons l’utiliser pour améliorer certains points, pour continuer à progresser, retient Joe El Abd. Oyonnax accepte le paradoxe mais n’est pas prêt à le cultiver.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?