Champions Cup - Bastien Chalureau, la caution combat de Montpellier

  • Bastien Chalureau (Montpellier) à la lutte avec Rob Simmons contre les London Irish.
    Bastien Chalureau (Montpellier) à la lutte avec Rob Simmons contre les London Irish. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Auteur d’un match plein sur la pelouse des London Irish, il a été précieux dans un effectif à réaction.

S’il est un Montpelliérain pour qui le choc thermique a été encore pire que les autres, c’est bien Bastien Chalureau. Blessé à l’épaule il y a deux semaines contre Bayonne, le colosse avait été mis au repos la semaine dernière par son manager Philippe Saint-André : « Il était à Marrakech, et le soleil lui a fait le plus grand bien ! », riait le technicien après la rencontre. En une semaine, le néo-international est donc passé de la douceur de l’hiver climat marocain à la rudesse de son homologue anglais, matérialisé par le – 2° que le thermomètre londonien affichait au coup d’envoi de la rencontre.

Mais à la grande différence de ses partenaires (dont l’Anglais Zach Mercer en tête), l’ex-Perpignanais n’a pas mis une mi-temps pour se remettre dans le bain du combat. Question de statut. Le combat était déjà son fonds de commerce, il est désormais devenu sa mission prioritaire : « Je suis un des leaders de combat dans l’équipe, donc je n’ai pas le droit de me louper dans le combat. Je dois montrer l’exemple dans ce domaine, donc je me concentre dans ce registre pour motiver les mecs… » Précisément l’un des secteurs qui a fait le succès du MHR la saison dernière, autant qu’il a expliqué son mauvais début de saison prolongé au cours d’un mois d’octobre poussif : « On a toujours bien vécu dans le vestiaire, mais il nous est arrivé de nous louper sur le combat. Et dans le rugby, on ne peut pas passer à côté de ça. Si les avants dominent, tout est plus facile derrière. En revanche si les trois-quarts font de la m… on les insulte ! », se marre le géant.

Irréprochable en défense !

Au Gtech Community Stadium, Bastien Chalureau a encore accompli sa mission : non content d’avoir signé un irréprochable 21/21 en défense, il a apporté sa rudesse dans le jeu au sol face aux cadors d’en face, les ex-Wallabies Adam Coleman et Rob Simmons : « Aujourd’hui, il nous a apporté sa masse et sa puissance sur les contre-rucks, détaillait Philippe Saint-André. On voulait mettre beaucoup de pression au sol pour empêcher les London Irish d’avoir des libérations rapides, car là ils deviennent très dangereux. Je l’ai trouvé très efficace dans ce secteur ». Et pour ne rien gâcher, il s’est aussi illustré en attaque, en portant le ballon à neuf reprises et en faisant jouer après contact autour de lui à trois reprises… 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?