Champions Cup - Leinster : ce Lowe est un monstre

  • Leinster : ce Lowe est un monstre
    Leinster : ce Lowe est un monstre Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Intouchables du début à la fin de cette rencontre, les Blues du Leinster ont prouvé au Havre qu’ils étaient les grands favoris au titre, cette saison…

Les Blues du Leinster sont semble-t-il au courant que cette année, la finale de Champions Cup se jouera à Dublin et qu’en ce sens, ils ont une raison supplémentaire de remporter la compétition. Et face au Racing, les coéquipiers de James Ryan, pourtant amputés de Robbie Henshaw, Johnny Sexton ou Robbie Henhaw, ont prouvé que dans cette Champions Cup, il y aurait eux et les autres et qu’en l’état, le rugby irlandais était bel et bien le plus fort au monde. "C’est un bon début, disait seulement Leo Cullen, le manager irlandais, en conférence de presse. On a vu une performance solide de nos avants, quelques beaux lancements et une discipline correcte. En défense, on a également su contenir leurs meilleurs attaquants. La mission est remplie." Et c’est tout, vraiment ? Parce que de notre côté, on a littéralement été subjugué par les performances de plusieurs de vos joueurs, cher Leo.

Quand Lowe, Dorris, Sheehan impressionnent…

Déjà, il est impossible de ne pas mettre en avant l’irréelle activité du deuxième ligne James Ryan, capitaine de la sélection nationale irlandaise. Au Havre, le double-mètre dublinois a touché une bonne vingtaine de ballons et les a quasiment tous bonifiés, auprès des regroupements. Devant lui, le talonneur Dan Sheehan a prouvé qu’il ne pouvait plus être seulement considéré comme la doublure de Ronan Kelleher par Andy Farrell, le sélectionneur national irlandais : auteur d’un essai magnifique et d’un match globalement parfait, Sheehan a considérablement fait reculer les défenseurs du Racing, pourtant courageux pendant quarante minutes.

En troisième ligne, le numéro 8 Caelan Dorris reste quant à lui une formidable machine à "gagner des mètres", comme disent les mathématiciens du rugby, quand Josh van der Flier, aussi bon en défense que bouillant balle en mains, a fait honneur à son statut de meilleur joueur du monde. Mais au Leinter, l’homme le plus dangereux se nomma évidemment James Lowe, cet animal d’1,90 m et 100 kg : renversant sur chacun des ballons qu’il eut à négocier, l’ailier du XV du Trèfle a simplement fracassé les défenseurs franciliens… 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?