Champions Cup - La Rochelle, championne tous terrains

  • La Rochelle, championne tous terrains.
    La Rochelle, championne tous terrains. Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Les Maritimes ont signé une performance de tout premier plan en battant l’Ulster, à Dublin, samedi. Leur première période a notamment été un chef-d’œuvre de toute puissance et de maîtrise.
 

Le destin se plaît à rapprocher les montagnes ces temps-ci. Lors de la 1re journée, il avait placé sur une même latitude le Leinster, en voyage au Havre pour défier le Racing, et La Rochelle, en réception à Deflandre : avec, à la clé, deux démonstrations de force. Le week-end passé, il a déplacé les Maritimes de Belfast jusqu’à la capitale irlandaise, sur les terres de la bande à Sexton. Vingt-quatre heures après la “fanny” à 57 pions infligée à Gloucester par les vice-champions d’Europe, à la RDS Arena, les tenants du titre ont livré une première période de très haut vol, à 1 km de là. A l’Aviva Stadium, Alldritt et compagnie ont joué comme à la maison et donné la leçon à l’Ulster quarante minutes durant. Dans l’hostile antre de Ravenhill, sous les “Stand Up for the Ulstermen” de quelque 15 000 croyants, la donne aurait-elle été différente ? Probablement. Les Rochelais auraient-ils pour autant été arrêtés ? On en doute tant ils s’affirment, dans cette compétition, comme des conquérants tous terrains.

Samedi, dans une enceinte sonnant creux, Brian O’Driscoll et Rory Best ont passé une mi-temps à souffler et à s’étonner, depuis leur pupitre de commentateurs, de chaque impact gagné par les visiteurs. Dans le sillage des Alldritt, Danty, Tanga et autres Bourgarit, les Charentais ont mis au supplice leurs ambitieux hôtes par leur engagement et leur rythme. Avec un implacable 29-0 au tableau d’affichage à la mi-temps. Quand La Rochelle trouve ainsi de l’avancée et de la continuité, qui sait ce qui pourrait l’arrêter ? “Un de nos points forts est que l’on est plutôt puissants dans les collisions, en attaque comme en défense, évoquait, avec euphémisme, le numéro 8 dans l’après-match. En Top 14, on a pu se rater là-dessus en n’exploitant pas assez cet atout, ou à moitié. C’est le message du staff sur les dernières semaines : de jouer avec nos forces, pour ne jamais être frustrés, pour avancer.”

Mc Farland : "La deuxième meilleure équipe d'Europe"

Donnacha Ryan, en expert, distribuait les bons points du jour : “On a été cliniques, précis. Sur la conquête, en général, c’était très bien. La touche était précise, aussi, et sur les ballons portés, il y a de quoi être est contents même si l’on peut encore s’améliorer.” Evidemment et, en la matière, la deuxième période des siens, la frustration du bonus offensif ou encore la consistance encore plus épatante du Leinster viennent leur rappeler. Grégory Alldritt mesure la marge de progression des siens : “Il faut corriger ces fins de match. Je ne dirais pas que l’on a sombré car il y a la victoire à l’arrivée mais on ne peut pas baisser autant de régime.” A ce niveau de performance, les Maritimes sont contraints à l’excellence. Une évidence à leurs yeux : “Comme on se le disait entre joueurs, ce résultat montre l’ambition du groupe et récompense l’énergie qu’il dégage. On est de plus en plus ambitieux.”
Comme une demi-provocation, le manager nord-irlandais Dan Mc Farland avait quelques instants plus tôt parlé des champions comme “de la deuxième meilleure formation d’Europe”. Équipe de coups et de Coupe – elle en est à 14 succès sur ses 15 derniers matchs dans la compétition, La Rochelle entend encore repousser ses limites. Et pour y arriver, quoi de mieux que muscler encore plus son jeu ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?