Nationale - Dax : un Noël la tête dans les étoiles

  • Nationale - Le capitaine dacquois Arnaud Aletti s'est réjoui de la proportion de combat engagée par son équipe à Bourg-en-Bresse
    Nationale - Le capitaine dacquois Arnaud Aletti s'est réjoui de la proportion de combat engagée par son équipe à Bourg-en-Bresse Jean-François Basset
Publié le

Avant la trêve, la Nationale a disputé sa 14e journée. Et la tendance se confirme : cette US Dax est à prendre très au sérieux.

La comparaison entre les fabuleux parcours respectifs des Dacquois et des Oyonnaxiens à l’étage supérieur ne trouvera peut-être pas grâce aux yeux de tout le monde. Certes, l’écart qui sépare le leader chalossais de son dauphin n’est pas aussi conséquent que celui creusé par le grandissime favori pour l’accession en Top 14 sur le duo basco-landais lancé à ses trousses. Mais tout de même, aller chercher loin, très loin même, de ses bases, un succès pas franchement nécessaire en termes comptables (sauf improbable catastrophe, Dax, comme son alter ego haut-bugiste, est partant certain pour la qualification directe), il fallait le faire ! Ainsi, vendredi dernier, un missile de Berchesi a privé Bourg-en-Bresse d’une performance aussi majuscule que précieuse. En cas de victoire, les Aindinois seraient restés dans le sillage de leur victime. Il n’en a rien été, et, le moins que l’on puisse dire, c’est que le missile à l’actif de l’international uruguayien passé par Carcassonne a fait les affaires de Valence-Romans. Victorieux de Cognac-Saint-Jean d’Angély sans avoir à disputer la rencontre sur le pré du fait de la défection d’un hôte unioniste appelé à boire le calice jusqu’à la lie, les Drômois finissent l’année civile en deuxième position. Ils n’en sont pas moins sous la menace d’Albi.

L’hypothèse du retour gagnant formulée dans ces mêmes colonnes (lire le Midi Olympique de vendredi) s’est avérée exacte pour des Tarnais battus en banlieue toulousaine lors de la journée inaugurale. Des Albigeois qui n’ont plus que quelques longueurs de retard sur le trio de tête et dont il faudra prendre en compte les ambitions de présence dans le dernier carré sans avoir à passer par la case « barrages », à l’inverse du scénario de l’an dernier. Derrière ce quatuor que l’on peut considérer comme majeur (Dax, Valence-Romans, Bourg-en-Bresse et Albi ont tutoyé le « gratin » hexagonal dans un passé plus ou moins récent, faut-il le rappeler?) , la bataille fait rage. L’un des exploits du week-end sera mis au crédit de Narbonne, qui, dans ce rôle de « bête noire » qui lui va comme un gant, a encore fait des misères à Nice. Décidément, depuis la fatidique demi-finale promotionnelle du 30 mai 2021, le cauchemar audois n’en finit pas de hanter les nuits de Maralpins pas encore éliminés mais en ballottage de plus en plus défavorable. Les places dans le wagon de tête sont tellement chères que même Bourgoin-Jallieu a souffert (17-15 seulement dans le money-time) avant de pousser un grand « ouf » de soulagement tant Hyères-Carqueiranne lui a donné du fil à retordre. Et dire que les Nord-Isérois s’étaient imposés avec plus d’aisance sur le littoral varois en septembre dernier ! Toujours est-il que les vaincus ont été bien inspirés de ramener le point de bonus défensif car, aux abords de la ligne de flottaison, on parlera une nouvelle fois de « statu quo ante ». Fidèles à leurs bonnes habitudes, les Rennais , bien que défaits pour la douzième fois depuis le début de la saison, se sont fort bien comportés, à tel point que Suresnes a senti le vent du boulet. Arraché « in extremis » ou pas, ledit succès permet aux Franciliens de rester en embuscade au coeur du peloton des poursuivants. C’est aussi le cas, à un degré moindre toutefois , de Tarbes, dont la revanche prise aux dépens de Chambéry met un terme au début de série noire. Et ce, dans la mesure où les Bigourdans restaient sur trois défaites.

Au pied des Pyrénées comme en Savoie, se repositionner un peu plus avantageusement encore au classement ne sera pas une tâche aisée mais on soulignera tout de même que douze échéances restent inscrites au calendrier d’ici la fin de la phase régulière, le 30 avril prochain.

Philippe Alary
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?