Pro D2 - Vannes, l’art et la manière face à Provence Rugby

  • Les Vannetais ont réalisé un grand coup en stoppant Provence Rugby, une des équipes en forme de cette fin d’année. Photo Bruno Perrel
    Les Vannetais ont réalisé un grand coup en stoppant Provence Rugby, une des équipes en forme de cette fin d’année. Photo Bruno Perrel
Publié le

Si Mont-de-Marsan avait mis un terme à l’invincibilité de Vannes cette saison à domicile, ce même RC Vannes a mis fin à la belle série de Provence Rugby.

Pas moins de huit essais au cours de cette soirée bretonne, glaciale au regard des conditions climatiques, mais chaude au niveau des émotions, dans un match parfois fou et même, par instants, totalement irrationnel.

Les partitions travaillées en semaine sont toujours la promesse d’un orchestre symphonique jouant la mesure au millimètre. Mais tout cela a été vite mis à mal, pour ne pas dire balayé d’un revers de manche. Les promesses de beauté offensive ont trouvé leurs limites, le spectacle venant d’abord des insuffisances de l’autre.

Le RCV a joué dans le registre de la répétition, dans ce qu’il sait faire de mieux : trois essais sur pénal-touche, trois ballons portés sur des mauls bien structurés et Pat Léafa d’une part (deux fois) et Cyrille Blanchard d’autre part, ont trouvé leur Graal de la terre promise. Du bel ouvrage, en vérité. Les deux autres essais ont été inscrits sur des « générosités provençales » : Camou de profiter d’un ballon perdu par les coéquipiers de Kévin Bly pour filer en douce à l’essai dès la reprise (47e), donnant ainsi le ton de la seconde période. Vannes se décrochait enfin, prenant 9 points d’avance contre 2 à la pause. Dans un tout autre registre, Erik Marks en toute fin de rencontre (80e) s’offrait le luxe d’une interception sur une touche pour filer au nez et à la barbe d’une défense aixoise médusée d’un tel culot.

Ce fut là pour les Vannetais l’épilogue d’une journée de championnat bien maîtrisée, qui mettait fin à un mois de disette et qui aura remis le collectif breton dans le sens de la marche.

Un prêté pour un rendu !

Ce RC Vannes de vendredi soir rappelait en fait celui de début de saison : généreux dans le combat, conquérant dans les rucks, lucide dans ses lancements de jeu et des transmissions à la main frappées d’un "nettement mieux" que ce qu’il avait proposé lors de ses dernières sorties.

Dans le camp de Provence Rugby, il y avait également matière à bénir les erreurs du RC Vannes. Dufour (26e), à 5 m de la ligne d’en-but, vint contrer un dégagement au pied du demi de mêlée breton Gouaux. L’arrière provençal Drouet, du haut de ses 19 ans et au terme d’un sprint de 80 m, avait superbement anticipé et intercepté une passe en bout de ligne (32e). Là encore, le sceau de l’opportunisme et ce grain de folie avaient redonné un autre relief au spectacle. L’ancien de la maison RCV Kevin Bly faisait même valoir sa pointe de vitesse en bout de ligne, se rappelant ainsi au souvenir des habtiués de la Rabine. Ces réalisations aixoises ramenaient le score à des proportions plus en phase avec la physionomie du match.

Bref, du spectacle malgré tout. Dans cette soirée polaire, le cœur des supporters vannetais s’était réchauffé. Ce qui n’est pas si mal avec les temps qui courent.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?