Top 14 - Perpignan : les "embêteurs" doivent se sublimer

  • Top 14 - Perpignan : les "embêteurs" doivent se sublimer
    Top 14 - Perpignan : les "embêteurs" doivent se sublimer Icon Sport
Publié le

 une exception près, l’Usap n’a pas à rougir du visage présenté à l’extérieur. Mais les bonus et les prestations encourageantes ne suffiront pas.

Samedi dernier, pour la quatrième fois de la saison en sept déplacements, l’Usap était en position de réaliser l’exploit loin de ses bases, à l’heure de jeu. À Édimbourg, où les Sang et Or affrontaient Glasgow, équipe de milieu de tableau de URC, les visiteurs menaient ainsi 15 à 14 à la 59e minute grâce à un essai de Lucas Dubois transformé par Dorian Laborde. La suite ? Pour la quatrième fois de la saison en sept déplacements, là aussi, ils ont perdu le contrôle de la partie et de précieux points dans le dernier quart de la rencontre.

Le syndrome de la 60e minute s’est exporté sur la scène européenne. À Pau (6-14), Bayonne (12-17) et même sur la pelouse du Racing 92 (20-20), Mathieu Acebes et ses partenaires s’étaient déjà donné les moyens de s’imposer à l’extérieur. À l’arrivée, les deux bonus défensifs ramenés du Hameau et de Jean-Dauger paraissent de bien maigres consolations, quand bien même la déception ne doit pas enlever la valeur ni l’importance de ces deux unités.

"Mieux sortir de notre camp pour avoir plus d’énergie"

Cela dit, un déplacement sur la pelouse du champion de France peut-il être perçu comme l’opportunité de faire enfin basculer l’histoire du bon côté ? Évidemment, aucun Catalan ne se permettra d’aller aussi loin et le défi s’annonce des plus relevés. Au-delà de la valeur intrinsèque de l’adversaire, la défaite inattendue et cuisante du MHR face aux Ospreys - la troisième de la saison au GGL Stadium, après Toulouse et Lyon - a mis les Héraultais en état d’alerte depuis samedi dernier ; et l’Usap est désormais accueillie avec méfiance, y compris par les ténors de l’élite. Toulouse, chahuté dans le jeu au sol et dans le défi physique au début du mois, avait eu besoin d’un Thomas Ramos des très grands soirs pour s’extirper du piège. "C’est un peu frustrant car l’équipe a montré de belles choses dans l’intensité et l’engagement. On les a embêtés autant que possible", avait analysé Mike Tadjer au coup de sifflet final d’un revers méritant (34-13). "Embêter" Montpellier sera un passage obligé. Mais ce ne peut être une finalité. L’Usap, plus consistante en conquête, batailleuse dans les rucks, devra aussi se lâcher offensivement et gagner en maîtrise pour ne pas uniquement devoir compter sur sa résistance. "En sortant mieux de notre camp, on pourra avoir plus d’énergie en attaque", résumait Afusipa Taumoepeau. Avec un groupe étoffé - du fait des renforts de Shields et Crossdale, des retours d’Oviedo et Ecochard ou encore des montées en puissance de McIntyre ou Deghmache, Perpignan possède les armes pour lutter sur la durée. Les Sang et Or n’ont en tout cas plus les allures de victimes expiatoires. Au regard du rythme de leurs concurrents pour le maintien direct, ils n’ont guère le choix. Leur salut passera par des exploits.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?