Top 14 - Warrick Gelant (Racing 92), Ben Lam (Montpellier), Pierre-Louis Barassi (Toulouse)... Les Flops du recrutement

  • Warrick Gelant en flop majuscule... les Flops du recrutement
    Warrick Gelant en flop majuscule... les Flops du recrutement Icon Sport
Publié le , mis à jour

Comme chaque année, alors que la mi-saison approche en top 14, nous vous dévoilons nos classements des tops et des flops du recrutement. Là où Camille Lopez, Alexandre Roumat ou Arno Botha ont particulièrement brillé, Warrick Gelant, Jérémy Sinzelle et Ben Lam se sont montrés décevants jusque-là.

C’est un rendez-vous incontournable : chaque saison, à cette période de l’année, Midi Olympique propose son classement des tops et des flops du recrutement. C’est subjectif et c’est la raison pour laquelle il a été soumis à d’intenses débats au sein de notre rédaction. Et les résultats, qui seront très certainement discutés (car discutables, par définition) par les supporters de chacun des clubs concernés, sont tombés.

En l’occurrence, le numéro un des tops de la première partie d’exercice a fait l’unanimité : il s’agit de Camille Lopez qui, à 33 ans, a décidé de donner un sacré virage à sa carrière et de relever ce qui ressemble à un ultime pari en signant à Bayonne. Il est plus que réussi tant il porte l’Aviron. Les internautes de Rugbyrama.fr sont d’accord puisqu’ils ont aussi voté pour Lopez, devant le Toulousain Alexandre Roumat. Même chose pour nous. Après avoir quitté l’UBB l’été dernier, il a pris une autre dimension. Le Lyonnais Arno Botha, impressionnant depuis qu’il a débarqué au Lou, complète le podium. À noter que sept Français sont présents dans notre Top 10 (avec aussi Yoan Tanga-Mangene, Emilien Gailleton, Antoine Hastoy, Leo Coly et Nadir Megdoud).

Au contraire, certains joueurs ont marqué ces derniers mois… par des prestations qui ne sont pas à la hauteur de celles attendues. C’est le cas de celui qui domine le classement des flops, à savoir le Racingman Warrick Gelant, champion du monde avec les Springboks en 2019 et extrêmement discret depuis son arrivée chez les Ciel et Blanc. Il devance donc Jérémy Sinzelle, dont le retour à Toulon n’est pour l’heure pas couronné de succès, et Ben Lam, qui n’a pas retrouvé à Montpellier son niveau de Bordeaux-Bègles. Là, six Français sont dans le flop 10 (avec Mathieu Hirigoyen, Julien Hériteau, Pierre-Louis Barassi, Lucas Peyresblanques et Loïc Godener).

Les Flops du recrutement

1. Warrick GELANT

Racing 92
Arrière - 27 ans
Club précédent : Stormers

NOTRE AVIS
De toute évidence, Warrick Gelant a débarqué dans les Hauts-de-Seine lesté d’un solide CV : sélectionné à neuf reprises avec l’Afrique du Sud, Gelant a gagné le Rugby Championship puis la Coupe du monde avec les Springboks, en 2019. Il fut aussi l’un des meilleurs joueurs des Bulls, lors de la dernière finale du United Rugby Championship, en mai dernier.Malgrè tout, Warrick Gelant, dépassé par Max Spring au Racing, n’a toujours pas trouvé ses marques en Top 14 et bien que très bon face à Toulon il y a trois semaines, n’a pas encore totalement convaincu.

2. Jérémy SINZELLE

Toulon
Centre - 32 ans
Club précédent : La Rochelle

NOTRE AVIS
On a assez souligné dans ces colonnes, depuis des années, combien ce joueur était un joyau pour les groupes où il a joué.Mais force est de constater que le retour à Toulon de Jérémy Sinzelle, dont il était parti en 2012 pour rejoindre le Stade français, a de quoi frustrer les supporters varois pour l’instant.Son investissement, comme toujours, n’est pas à remettre en cause.Mais, s’il compte douze apparitions (dont dix titularisations), l’ancien Rochelais n’a pas retrouvé le niveau d’excellence qui fut le sien durant son aventure maritime. Il en est même très loin.

3. Ben LAM

Montpellier
Ailier - 31 ans
Club précédent : Bordeaux-Bègles

NOTRE AVIS
Avec Ben Lam, joueur de duel détonant, à la puissance rare, le MHR espérait avoir trouvé un finisseur de tout premier plan pour conclure ses actions.Si les pépins physiques et le rendement aléatoire de son équipe ne l’ont pas aidé à être performants, force est de constater que l’ancien bulldozer des Hurricanes, qui affolait les compteurs enSuper Rugby, a un rendement en-deça des attentes (deux essais, cinq défenseurs battus en six matchs).Défensivement aussi, le Néo-Zélandais n’apporte pas toutes les garanties d’un joueur de son statut.

4. Mathieu HIRIGOYEN

Stade français
Troisième ligne - 22 ans
Club précédent : Biarritz

NOTRE AVIS
Ses deux dernières années de contrat avaient été rachetées à prix d’or par le Stade français et Mathieu Hirigoyen, auteur d’une formidable saison l’an passé avec le BO, était attendu de pied ferme par les dirigeants parisiens.Pour l’instant, le jeune basque n’a pourtant pas encore totalement convaincu son staff technique, qui lui préfère en troisième ligne Romain Briatte, Sekou Macalou et Giovanni Habel-Kuffner. Àce jour, Mathieu Hirigoyen ne compte d’ailleurs que deux titularisations avec le club de la capitale, en championnat.

5. Ihaia WEST

La Rochelle
Demi d’ouverture - 30 ans
Club précédent : La Rochelle

NOTRE AVIS
Le Néo-Zélandais était arrivé sur la rade auréolé de son titre de champion d’Europe avec La Rochelle.Le RCT espérait avoir la meilleure version de West, joueur talentueux et irrégulier, d’autant plus qu’il était le seul ouvreur de métier à disposition de son encadrement. Mais sur la première partie de saison, l’international maori n’a pas franchement convaincu en ne pesant pas assez sur le jeu des siens. Entretemps, le club varois a décidé de miser sur DanBiggar et l’on peut s’attendre à ce que, si le Gallois évite les pépins,West voit son temps de jeu se réduire.

6. Julien Hériteau

Clermont
Centre - 28 ans
Club précédent : Toulon

NOTRE AVIS
International durant la tournée d’été en Australie en 2021, Julien Hériteau a du mal à confirmer la faute notamment à des blessures… C’est de nouveau le cas à Clermont puisque le centre a été éloigné plusieurs semaines pour une lésion musculaire aux ischio-jambiers. Au total, Julien Hériteau a été aligné à six reprises, pour… aucun franchissement ! En difficulté en attaque, le centre de 28 ans l’est aussi en défense où l’ancien Toulonnais a manqué neuf plaquages sur les trente qu’il a tentés. De retour depuis trois matchs en championnat, Hériteau semble toutefois sur la bonne voie.

7. Pierre-Louis BARASSI

Toulouse
Centre - 24 ans
Club précédent : Lyon

NOTRE AVIS
Attention à ne pas tirer de conclusion trop hâtive à son sujet.Au vu de son passé déjà glorieux, de son talent et de son âge, il ne fait aucun doute que Pierre-Louis Barassi sera un trois-quarts centre de premier plan dans le rugby français pour encore de nombreuses années.Mais son début de saison au Stade toulousain, où il est arrivé de Lyon cet été, est globalement décevant.D’abord parce que ses prestations, quand il était sur le terrain, n’ont toujours pas eu le relief espéré, et parce qu’il n’a pas pu enchaîner à cause de petites blessures à répétition.à lui de monter en puissance désormais.

8. Lucas PEYRESBLANQUES

Stade français
Talonneur - 24 ans
Club précédent : Biarritz

NOTRE AVIS
Comme pour Mathieu Hirigoyen, le Stade français avait cassé sa tirelire (certes fort pleine…) pour racheter la dernière année de contrat de Lucas Peyresblanques au Biarritz olympique. Si le jeune Landais reste un très grand espoir du poste de talonneur, en France, il est pour l’instant dépassé dans la capitale par l’autre recrue du club, l’ancien Lyonnais Mickaël Ivaldi. Seulement titulaire à deux reprises avec les soldats roses en championnat, Lucas Peyresblanques possède donc encore une marge de progression importante, notamment sur les lancers en touche.

9. Loïc GODENER

Clermont
Troisième ligne - 27 ans
Club précédent : Stade français

NOTRE AVIS
Sur ses quatre premiers matchs avec l’ASM, Loïc Godener n’a jamais connu la victoire... Utilisé en flanker contre le Racing 92, l’ancien Grenoblois est souvent très actif mais peine au moment de franchir, de faire des différences. Mais voilà, lors de la dernière journée de championnat, contre Montpellier, le numéro huit était titulaire, a marqué un essai en étant à la conclusion d’un maul dévastateur. Une réalisation, une première victoire avec Clermont, la saison de Loïc Godener est-elle enfin lancée ? Il faudra confirmer avant de voir débarquer le All Black Pita-Gus Sowakula.

10. Caleb TIMU

Bordeaux-Bègles
Troisième ligne - 28ans
Club précédent : Montpellier

NOTRE AVIS
Il est revenu en France après avoir arrêté sa carrière en 2021 et son passage à Montpellier.L’Australien Caleb Timu a revêtu le maillot de l’UBB dans un secteur, la troisième ligne, où il y avait des places à prendre avec les départs de Cameron Woki et Alexandre Roumat, puis la blessure de Guido Petti. Il n’a pas vraiment convaincu à ce jour. Il peine à vraiment peser sur les matchs. Il a été trois fois titularisé en Top 14 et une fois en Coupe d’Europe.On lui reprochera deux cartons jaunes à Montpellier et surtout à Lyon au cours d’un match qui s’annonçait bien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?