Top 14 - L’opinion de Racing 92 - Stade français : l'avenir est bien Barré

  • Léo Barré a brillé face au Racing 92, samedi après-midi, prouvant une nouvelle fois qu"il incarnait le futur du rugby parisien. Voire d'avantage...
    Léo Barré a brillé face au Racing 92, samedi après-midi, prouvant une nouvelle fois qu"il incarnait le futur du rugby parisien. Voire d'avantage... Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Dans le derby francilien, le polyvalent attaquant du Stade français, Léo Barré, a une nouvelle fois prouvé qu'il était l'un des plus grands espoirs du rugby hexagonal. Voici pourquoi...

On vous l’accorde : à 20 ans, Léo Barré a encore quelques moments d’égarement ou de « branquardise », sur un terrain de rugby. D’évidence, le jeune homme a parfois tendance à surjouer, tenter le « offload » quand il ne le faudrait pas ou prendre un peu trop son temps, lorsqu’il est question de dégager son camp. Mais que ce môme est talentueux, nom de Dieu ! Positionné à l’arrière face au Racing 92, Léo Barré fut donc très incisif sur ses relances, propre dans son jeu au pied et surtout excellent sous les ballons hauts, un secteur où il domina largement son vis à vis Max Spring, pourtant talentueux, en règle générale. Après la rencontre, Gonzalo Quesada disait d’ailleurs ceci au sujet de son joueur : « Léo est un trois-quarts polyvalent. Il couvre les postes de 10, 12 ou 15. Sur le terrain, on a donc avec lui une double-commande : il prend le relais de Joris Segonds quand le besoin s’en fait sentir, ne se pose pas de questions balle en mains, prend les espaces et prouve tout son talent, depuis le début de la saison. » Quitte à s’enflammer pour de bon, on dira même qu’il y a du Jordie Barrett chez l’arrière du Stade français, dont l’allure (1,89 m et 90 kg) ressemble d’ailleurs étrangement à celle de l’albatros des All Blacks et des Hurricanes. Qu’on le veuille ou non, le Versaillais Léo Barré incarne donc l’avenir du Stade français, que ce soit à l’ouverture ou à l’arrière. Et si ce garçon là n’est pas international dans les deux années à venir, on veut bien nager dans la Seine en plein mois de janvier… 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?