Après le nul face à Bayonne, pour Pau, le verre est à moitié vide…

  • Emilien Gailleton, titularisé à l'aile, a inscrit un doublé en première période
    Emilien Gailleton, titularisé à l'aile, a inscrit un doublé en première période Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Invaincue sur ses terres face à l’Aviron depuis 1946, la Section a certes poursuivi la belle série mais a concédé un match nul à la maison, face à un concurrent au maintien.

Pour la septième fois d’affilée en Top 14, la Section paloise a pris des points. Depuis qu’elle a touché le fond, après la défaite à domicile face au Stade français, la Section remonte la pente au classement, et compte, à la mi-saison, 27 unités, soit neuf de plus que Perpignan, treizième, et potentiel barragiste.

Vendredi, Pau est donc une nouvelle fois sorti avec des points d’un match de championnat mais face à l’Aviron, les Béarnais n’en ont pris que deux, là où ils en espéraient le double. «On aurait pu en prendre zéro, vu la physionomie du match, tempérait Geoffrey Lanne-Petit au coup de sifflet final. Il faudra aller rattraper ces deux points rapidement mais ce n’est pas un coup d’arrêt. La déception est surtout liée à l’environnement, aux gens qui étaient venus nous supporter pour le Boxing Day»

De toute évidence, en cette veille de Noël, le verre est à moitié vide pour les Palois, qui voulaient offrir un tout autre cadeau à leurs supporters. Leur réalisme, en début de rencontre, a fait chavirer le public béarnais mais la suite a été plus compliquée. «Nous avons été beaucoup contestés sur les rucks, poursuivait l’entraîneur de l’attaque et des transitions. Nous marquons deux essais à zéro passe. C’était un match fermé. Les Bayonnais ont plutôt eu la possession. Il y avait pas mal d’émotions en seconde période. Les joueurs ont vite été usés, et comme la conquête n’a pas été si dominante que ça des deux côtés, c’était dur de lancer proprement le jeu. Personne n’a voulu s’exposer.» Et la seconde période s’est transformée en une longue bataille stratégique, alors que la première avait été diablement animée, avec quatre essais.

Gailleton, ça promet…

Au cours de celle-ci, on a notamment vu une performance encore très intéressante d’Emilien Gailleton. Recruté au SU Agen à l’intersaison dernière, le jeune homme de 19 ans était titularisé pour la première fois de sa carrière chez les professionnels, à l’aile, alors qu’il occupe d’habitude le poste de second centre. Opportuniste, il s’est offert un doublé en première période et a une nouvelle fois montré qu’il possédait de remarquables qualités offensives.

D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si, au cours de ces derniers mois, le gamin de Croydon (Angleterre) a fait plusieurs allers-retours à Marcoussis. «Je me suis préparé mentalement à ce poste d’ailier, racontait-il en conférence de presse après la rencontre. Il n’était pas très nouveau pour moi car j’y avais fait quelques fins de matchs à Agen. Je savais que tout pouvait arriver. J’ai bien aimé ce poste.» À la mi-saison, il est, avec Ethan Dumortier, celui qui a marqué le plus d’essais en Top 14 (7) et, très certainement, un des meilleurs jeunes béarnais sur la première partie du championnat. Prometteur, pour la suite !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?