Top 14 - Julien Dumora, dans tous ses états face à Toulouse

  • Julien Dumora a offert le bonus défensif en toute fin de rencontre face à Toulouse
    Julien Dumora a offert le bonus défensif en toute fin de rencontre face à Toulouse MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Il a refleté à lui seul les émotions du CO sur ce match. Auteur de plusieurs maladresses et coupable d’une faute qui a valu un carton jaune fatal, il a converti la pénalité lointaine du bonus.

Il est, bien malgré lui, le joueur qui fut la baromètre de son équipe vendredi soir. Julien Dumora est, depuis des années, l’un des éléments les plus sous-cotés du Top 14 tant sa régularité est impressionnante et son influence énorme sur les résultats du CO. Au Stadium, il n’a pourtant pas connu que des fortunes. Même s’il est resté positionné à l’arrière, la sortie prématurée de l’ouvreur Louis Le Brun lui a donné de plus grandes responsabilités sur la conduite et a pour le déstabiliser. Toujours est-il que, chose inhabituelle, Dumora a commis plusieurs maladresses flagrantes sur cette rencontre. Un en-avant grossier en première mi-temps, sans conséquence heureusement, ou quelques réceptions de ballons hauts ratées. Mais, à côté de cela, ses deux pénalités inscrites avant l’heure de jeu ont permis de revenir à hauteur au tableau d’affichage (9-9). Malheureusement, il a ensuite connu trois minutes terribles, alors que son équipe était dans un temps fort. Une touche directe, puis une grosse faute sanctionné d’un carton jaune…

Dans la foulée, le Toulousain Emmanuel Meafou a marqué le seul essai du match «Mon carton jaune coûte un essai, ne cache pas Dumora. Il y a eu aussi ces ballons que j’ai fait tomber. J’ai connu un peu de tout.» Parce que son équipe a encaissé treize points durant son absence de dix minutes, ce qui fut extrêmement pénalisant mais aussi parce qu’il a converti la pénalité du bonus défensif, dans les arrêts, de cinquante mètres. «Il ne fallait pas qu’elle soit à cinquante-deux mètres», en sourit-il. Mais cette ultime tentative, récoltée à quatorze contre quinze, montre l’abnégation de cette formation. une vertu sur laquelle la direction et le staff ne transigent pas. «On ne lâche rien et on va chercher cette dernière pénalité, reprend Dumora. Cela a été un ascenseur émotionnel pour moi et j’avais envie de récompenser l’équipe. On aurait eu les boules de repartir de ce déplacement avec zéro point. C’est bien pour l’investissement mis dans ce match»

Broncan : «C‘est un exemple»

Au-delà, Julien Dumora est donc un parfait symbole du CO. Parfois touché, jamais coulé… Un homme de caractère. «Ce n’est pas quelqu’un qui s’exprime beaucoup mais Julien fait partie de la vieille garde du club, apprécie son manager Pierre-Henry Broncan. Même s’il n’est pas un pur Castrais, il a cet état d’esprit qui colle à celui du CO, qui travaille beaucoup et qui possède ce petit plus mental qui lui permet aujourd’hui, malgré son âge, de continuer à jouer en Top 14. Lui, je ne sais pas quand il va s’arrêter… Il est parmi ces mecs qui sont là tout le temps. Il n’est jamais blessé et, même s’il l’est, il revient vite. C’est un exemple pour nos jeunes. Lorsqu’ils voient bosser un garçon comme Julien, ça les motive et leur donne le bon chemin.» Un chemin sur lequel, après un début de saison mitigé, ses hommes semblent désormais embarqués. Le même Broncan ne cesse de répéter qu’il observe une vraie progression, notamment à l’entraînement, ces récentes semaines. Ce point ramené de Toulouse vient l’illustrer. Reste à continuer sur cette voie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?