Top 14 - Toulon respecte la trêve des confiseurs lors de la réception de Lyon

  • Critiqués, Baptiste Serin et Jérémy Sinzelle (ici en photo) ont livré leurs meilleures prestations depuis le début de saison.
    Critiqués, Baptiste Serin et Jérémy Sinzelle (ici en photo) ont livré leurs meilleures prestations depuis le début de saison. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Boudés après deux revers de suite à Mayol en Top 14, les Varois ont relevé la tête grâce à un succès sans trembler. Critiqués, Baptiste Serin et Jérémy Sinzelle ont livré leurs meilleures prestations depuis le début de saison.

La période de Noël est propice aux réconciliations. Jeudi soir, à Mayol, elles étaient multiples. Toulon a renoué avec le succès dans son écrin, face à une équipe de Lyon diminuée par un virus grippal, grâce à une agressivité débordante et à un Wainiqolo de gala. Une performance rassurante car elle est restée sur la lignée de deux samedis européens parfaits avec des succès bonifiés. Certes, cette fois, le père Noël n’a pas glissé le +1 sous le sapin.

Malgré tout, Toulon a retrouvé de l’allant offensif. Pauvres dans les intentions en Top 14 lors des dernières journées, les équipiers d’Ollivon ont su bien déplacer le ballon. Derrière des avants conquérants, Baptiste Serin a été l’instigateur des bons coups en usant de pénalités rapidement jouées, et en réalisant une magnifique valise de soixante mètres à la suite d’une mêlée, au nez et à la barbe de Couilloud, pour le premier essai varois. "Il a été excellent, a salué Mignoni. Il s’est remis en question depuis quatre semaines. Ça paye. Je suis persuadé qu’il va monter en puissance. Il prend le bon chemin. Il a imposé le jeu, il a dynamisé quand il le fallait, il a fait de très bons choix. Ça va lui donner de la confiance."

Sinzelle met de l’huile dans les rouages

Interrogé, l’intéressé a abondé. "(Sourire gêné) Je voulais garder ça en interne… Ils ont été durs avec moi. J’ai eu cette remise en question. Il faut que je fasse de bons matchs car quand la charnière est bonne, c’est toujours plus simple pour l’équipe. Face au Lou, j’avais à cœur de bien faire pour l’équipe." Et aussi dans sa quête du maillot frappé du Coq ? Il a en tout cas gagné son duel des Baptiste, le même qu’il avait perdu en finale de Challenge Cup : "J’y ai pensé. Ça n’efface rien de ce mauvais souvenir et de comment on l’a perdue. Et puis, quand il y a des joueurs au-dessus de toi pour les Bleus, il faut montrer que tu es toujours là."

Lui aussi, à l’image de Serin, a réalisé son meilleur match depuis le début de la saison. Revenu dans le Var, Jérémy Sinzelle a connu une panne de confiance liée à un changement de système à absorber. "Il est en progrès, s’est réjoui Mignoni. Il a été très critiqué mais la critique, il se la met lui-même. Il est capable d’élever son niveau à l’image de Rabut. Ils commencent à trouver une connexion. Une ligne de trois-quarts se construit avec des automatismes et du temps."

Au moment de récolter les lauriers, le champion d’Europe a préféré la jouer modeste. "Je sais sur quoi on m’attend. Sans que ça soit une consigne, j’avais envie d’apporter de l’alternance avec Dan en étant le premier attaquant. Maintenant, je ne veux pas m’arrêter sur un match. C’est bien, c’est fait, place à Bayonne…" Pour finir l’année en beauté du côté de la rade.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias Merlo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?