Top 14 - Castres doit finir son année en beauté

  • Tom Staniforth sert Vilimoni Botitu. Les Tarnais peuvent s’appuyer sur le match encourageant livré à Toulousepour gagner leur dernier duel de 2022. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Tom Staniforth sert Vilimoni Botitu. Les Tarnais peuvent s’appuyer sur le match encourageant livré à Toulousepour gagner leur dernier duel de 2022. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Après avoir ramené un bon point de leur déplacement à Toulouse, les Tarnais doivent impérativement finir l’année sur une note positive à domicile en y demeurant toujours invaincus.

À en croire Pierre-Yves Revol, cette réception du Racing 92 est le réel objectif de la fin d’année civile du CO. Grâce au petit jeu de la communication, que le président de Castres maîtrise comme personne, l’homme fort du club bleu et blanc s’était fait un plaisir, en début de semaine dernière, de "minimiser" quelque peu les enjeux du déplacement à Toulouse pour au contraire appuyer sur l’importance capitale que revêt cette réception du Racing 92 à ses yeux.

On ne sait pas si la communication présidentielle a particulièrement atteint les joueurs, mais force est de constater que les Tarnais ont fait mieux que se défendre sur la pelouse du Stadium samedi dernier. En ramenant un bonus défensif de Toulouse, le CO a non seulement doublé son capital de points pris à l’extérieur depuis le début de la saison mais s’est aussi rassuré quant à sa capacité à "exister" à l’extérieur. Les Bleu et Blanc ont rivalisé avec les Toulousains qui marchent sur le championnat en ce début de saison, et cela est forcément rassurant au moment de conclure l’année 2022. On ne sait pas trop ce qu’il aurait pu advenir de ce match si les hommes de Pierre-Henry Broncan n’avaient pas encaissé treize points en infériorité numérique, durant l’absence de Julien Dumora qui avait écopé d’un carton jaune.

Voir le verre à moitié plein

S’ils ont pris un point à Toulouse, il est bien évident que le rendement à l’extérieur du CO est encore bien trop limité pour que l’équipe tarnaise puisse se passer de sa principale force depuis l’arrivée de Pierre-Henry Broncan à sa tête : l’invincibilité à domicile en Top 14. Tous les progrès entrevus sur le plan du jeu doivent être validés à l’occasion du dernier match de l’année. Face à un Racing 92 qui sera forcément revanchard après avoir volé en éclats dans le derby face au Stade français samedi dernier, les Tarnais auront l’occasion d’empiler un vingt-huitième match sans défaite sur leur pelouse de Pierre-Fabre. Voilà qui commence à avoir de la gueule.

Et au-delà de pousser encore un peu plus loin la série d’invincibilité, un succès permettrait au CO de mettre la pression sur le groupe des qualifiables, dont le dernier strapontin est tenu par Bayonne, cinq points devant Castres.

David Darricarrère, entraîneur des trois-quarts du CO, se nourrit du caractère serré du championnat : "On peut voir le verre à moitié vide et se dire que nous sommes sous pression tous les week-ends parce que le championnat est très dur et serré mais nous pouvons aussi voir le verre à moitié plein et réaliser que du coup nous ne sommes vraiment pas loin des meilleurs au classement. Il faut regarder devant, tant sur le plan comptable que sur le plan du contenu."

Après ce dernier écueil de l’année civile à Pierre-Fabre, le CO devra composer avec un calendrier chargé. Déplacement au Stade français en championnat, puis réception d’Edimbourg et déplacement à Exeter en Champions Cup. Cela conduira les Tarnais au 28 janvier, où il faudra recevoir l’Union Bordeaux-Bègles. Tout sauf une sinécure !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?