Top 14 - Le Lou doit passer de spectateur à acteur

  • Arrivé à l’intersaison, Arno Botha s’est rapidement imposé au sein de l’effectif lyonnais. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Arrivé à l’intersaison, Arno Botha s’est rapidement imposé au sein de l’effectif lyonnais. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Parmi les maux qui rongent le lou depuis le début de la saison, celui des entames de match aurait tout intérêt à être réglé au plus vite, afin de s’éviter de mauvaises surprises…

À l’heure d’entamer la phase retour du Top 14, peut-on considérer que le Lou a vraiment progressé depuis le début de la saison ? La question peut légitimement se poser, et ce n’est pas qu’une vue de l’esprit de journaliste. La preuve ? Elle est que Xavier Garbajosa lui-même considérait l’interrogation comme pertinente, en ravivant le souvenir de la jolie performance réussie par les siens sur la pelouse d’Amédée-Domenech (27-31) en ouverture de la saison.

"Quand on reparle de ce match, les gens ont en tête notre succès, pointait le manager rhodanien. Mais ce que je retiens, moi, c’est que cette victoire aurait dû être bonifiée et acquise dès la première mi-temps si nous avions été un peu plus efficaces, et surtout si nous avions su refaire une ligne défensivement. Ce jour-là, on ne s’en est pas sorti miraculeusement parce que les garçons avaient tout de même dominé le match, mais avec le sentiment d’avoir disputé un match peu abouti, peu maîtrisé. Il ne s’agissait à l’époque pas de faire les difficiles devant ce résultat, sauf que finalement, on s’aperçoit que ces errements en défense, ce manque de froideur et d’instinct de tueur pour casser la confiance de l’adversaire, on les retrouve encore aujourd’hui. Nos difficultés sont toujours les mêmes."

Et ces difficultés chroniques, l’ancien trois-quarts international n’a aucun mal à les détailler. "Nous avons une vraie capacité à faire des choses extraordinaires, tout comme d’avoir dans l’instant suivant des absences qui laissent incrédule, tant elles sont trop grosses pour être vraies. Bien sûr qu’il y a un travail, bien sûr qu’on essaie de le réguler, mais cette prise de conscience doit aussi être individuelle. On essaie de trouver des solutions mais pour être tout à fait franc, on ne les a pas encore trouvées, du moins pas parfaitement."

Les entames de match, une problématique à régler

La meilleure illustration de ces "absences" aussi injustifiées qu’injustifiables ? Elles résident très certainement dans ces entames de match manquées qui se sont succédé ces dernières semaines et tué dans l’œuf les chances du Lou, comme une rengaine.

"Pour être précis, en début de saison, c’était plutôt de la 20e à la 40e que nous connaissions un passage à vide, analysait "Garba". Là, dernièrement, c’est vrai qu’on a encaissé beaucoup de points d’entrée, au point de se retrouver dans une course contre-la-montre, en position de chasseur plutôt que de chassé. C’est difficilement explicable, sinon vous imaginez bien qu’on l’aurait déjà corrigé. On se pose des questions quant à savoir si notre échauffement est bon, on a essayé de travailler sur notre stratégie des débuts de match, de changer notre mode de jeu pendant ces vingt premières minutes pour observer un peu plus ce qui allait se passer pour prendre le tempo du match… Cela a au moins eu le mérite de nous inciter à nous lâcher, perdu pour perdu, ce qui nous a amenés à réaliser des choses extraordinaires, parce qu’on a ce super-pouvoir dont je parlais plus tôt. Sauf que j’aimerais qu’on ne joue plus comme cela en réaction, mais qu’on puisse le faire dans l’action. Peut-être que d’une posture de spectateur, il faudrait désormais qu’on bascule dans une position d’acteur et provoquer les choses. Même si on sait aussi que cela ne va pas sans déchet et que lorsqu’on a du déchet, il faut aussi être capable de reconstituer rapidement une ligne défensive…"

Histoire pour le Lou de ne pas céder à son péché mignon d’encaisser des essais trop faciles en contre, et de sombrer trop rapidement dans le doute. "Ces entames de match, c’est quelque chose qu’on a ciblé, prolongeait l’exemplaire numéro 8 Arno Botha. On sait qu’un match peut basculer sur de tout petits détails : un plaquage raté, une passe interceptée. C’est pourquoi, à mon sens, on doit en début de rencontre se montrer encore plus focalisé sur la bonne exécution de choses simples. On ne peut pas tout maîtriser, bien sûr, mais plus on maîtrise ces choses, moins on se donne de possibilités de subir un coup du sort et d’avoir à courir après le score. Pour moi, c’est là-dessus qu’on doit insister." Histoire de ne pas laisser les Corréziens espérer, et de se rendre le match le plus facile possible. Une fois n’est pas coutume…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?