Carnet noir - Décès de Michel Jeandroz, grand acteur de la formation française

  • Carnet noir - Michel Jeandroz était l'un des pionniers du poste de conseiller technique régional. Carnet noir - Michel Jeandroz était l'un des pionniers du poste de conseiller technique régional.
    Carnet noir - Michel Jeandroz était l'un des pionniers du poste de conseiller technique régional. DR
Publié le

CARNET NOIR - Michel Jeandroz nous a quittés mercredi 21 décembre, il avait 79 ans. C’est une légende méconnue du grand public qui s’en est allée sur la pointe des pieds ; du grand public mais pas des générations de joueurs et d’entraîneurs qu’il a formés, conduits et accompagnés de sa voix rocailleuse et de sa pensée lumineuse.

Disciple de l’immense René Deleplace, il a été tout d’abord un joueur rugueux et vaillant aux postes de pilier et de talonneur, principalement au club d’Arbois, capitale de son lieu de vie.
Sa vocation à enseigner et entraîner est venue comme une évidence et après un court moment comme prof d’EPS, il a fait partie des pionniers du métier de CTR. Il sera le premier du comité de Franche-Comté en 1975 et jusqu’en 1999 où Pierre Villepreux alors DTN le convoque sans sommation à ses côtés pour prendre la responsabilité de la formation à la FFR. Il occupait cette fonction officieusement pour avoir mené la réforme du cursus de formation des éducateurs entre 88 et 90 avec un petit groupe de collègues et d’amis passionnés par l’aventure. Il n’aura de cesse de faire évoluer ce domaine sans jamais une once de mépris pour les travaux antérieurs bien au contraire. Il avait l’habitude de dire que tous nos anciens avaient semé les graines que nous faisions simplement grandir.
En 2003 il répond avec ce même groupe à une commande de Pierre : coordonner la création du Guide de Formation du Joueur qui sera achevé en 2003.
C’est juste après qu’il passera la main de cette mission à l’heure où sa retraite avait sonné et c’est tout naturellement son plus fidèle disciple Riadh Djaït qui reprendra le flambeau à la DTN.
En 2007 il allait conduire la rédaction d’un ouvrage écrit avec Pierre Villepreux et l’auteur de ces lignes. « Rugby, le jeu, les joueurs, les entraîneurs ». Ce livre est l’une des facettes de sa pensée qui allait bien au-delà tant il a incarné une véritable philosophie du rugby dont il serait bon de s’inspirer à l’heure où la sécurité des joueurs est au cœur des préoccupations.
Il est impossible de se représenter la valeur de cet homme-là si on ne l’a pas côtoyé. Son intelligence et sa culture, sa rigueur et sa passion, son humour et ses colères, sa fidélité pour ses amis et son amour pour sa famille sont autant de valeurs qu’il a su transmettre à travers sa façon de se comporter sur un terrain, dans une salle de cours ou au cours de repas que nous partagions avec toujours du bon vin qui faisait partie de ses passions.
C’est un véritable privilège de l’avoir connu, côtoyé et aimé profondément pour ma part durant 42 ans. Je forme le vœu que la FFR lui rende l’hommage qu’il mérite, le devoir de mémoire doit perdurer, comme son souvenir immémorial.
 

Fabrice BROCHARD
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?