Top 14 - Toulon, la conquête vacille

  • Toulon, la conquête vacille
    Toulon, la conquête vacille - Pablo ORDAS
Publié le

Bousculés en mêlée fermée et imprécis en touche, les Toulonnais ont laissé trop de munitions en route pour espérer ramener plus qu’un bonus défensif de Jean-Dauger.

Grégory Patat, le manager de l’Aviron bayonnais, avait prévenu ses troupes et la presse présente à la traditionnelle conférence d’avant match, vendredi. À un confrère, qui lui demandait ce qu’il craignait de cette équipe toulonnaise, le patron du secteur sportif basque avait répondu ses individualités, et sa conquête. Il avait alors pris en exemple le match du RCT à Pau, début d’octobre, au cours duquel le pack rouge et noir avait écrasé les avants de la Section paloise. On ignore si c’est la peur d’être ridicule qui a rendu le huit de devant bayonnais si fort, mais samedi après-midi, la conquête toulonnaise a vécu un sale moment.

D’habitude si fort en mêlée fermée, le RCT a eu toutes les peines du monde à contenir la force basque dans cet exercice si particulier, où l’Aviron a globalement dominé les débats et Beka Gigashvili ou Bruce Devaux ont souffert face à Swan Cormenier et Pascal Cotet.

Sur une succession de mêlées à cinq mètres de l’en-but toulonnais, Dany Priso a reçu un carton jaune (35e), après plusieurs pénalités sifflées en faveur de Bayonne et jamais, dans la rencontre, les garçons de Pierre Mignoni n’ont réussi à vraiment prendre l’ascendant dans ce secteur, comme ils ont pu le faire, sur d’autres rencontres, un peu plus tôt dans la saison. "Je pense, avec humilité, que nous avons une des plus belles mêlées du championnat et aujourd’hui, on s’est fait prendre", a reconnu le demi de mêlée de Toulon, Baptiste Serin, après la partie. Mais la mêlée n’a pas été le seul domaine où le RCT a eu du mal.

Tolofua, entrée compliquée

En effet, si le pack varois a été bousculé, la touche toulonnaise a aussi eu beaucoup de mal, notamment en seconde période. "Elle a été très bonne en défense. Nous avons bien défendu en l’air, pas trop mal en bas. Franchement, c’était bien. La conquête, ce n’est pas que l’attaque. Je pense que nos choix des zones de sauts étaient bons", a nuancé Pierre Mignoni face à la presse. Le directeur du rugby de Toulon a raison, puisque l’Aviron a eu plusieurs touches intéressantes à cinq mètres de l’en-but adverse, et n’a jamais réussi à marquer sur ballon porté. En revanche, c’est sur les touches offensives que les Rouge et Noir ont eu du mal et en ce dernier jour de l’année 2022. Christopher Tolofua a connu une entrée en jeu compliquée. Après avoir remplacé Anthony Etrillard à la 47e minute, il a effectué plusieurs lancers pas droits, notamment en toute fin de match dans le camp bayonnais (76e, 79e), alors que Toulon pouvait encore espérer l’emporter, puisque cinq points seulement séparaient les deux équipes. "Nous avons manqué de munitions pour remporter ce match", a concédé l’ancien demi de mêlée dans son analyse d’après-match. Et le RCT a alors dû se contenter d’un point de bonus défensif de son voyage à Bayonne. Pas de conquête, pas de victoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
fifilongagien Il y a 26 jours Le 02/01/2023 à 12:34

tolofua nous rappelle des choses aux toulousains !!!