L'édito du lundi : 200 bougies, une étoile

  • La Coupe du monde 2023 est dans l'esprit de tous les amateurs de ballon ovale.
    La Coupe du monde 2023 est dans l'esprit de tous les amateurs de ballon ovale. Abaca / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Au départ, il s’agissait d’une forme de voyage initiatique -et peut-être même de fascination- pour l’ado que j’étais. Puis, avec le temps, le plaisir est devenu rituel : chaque saison, à peine était-elle posée dans la bibliothèque paternelle que je dévorais L’année du rugby. Un almanach retraçant les faits et gestes de l’année écoulée. Les textes étaient signés Christian Montaignac et je crois bien ne jamais m’en être lassé. Comme de la plume si brillante de Jacques Verdier, d’ailleurs.

Au contraire même, j’y revenais tous les ans avec délectation tant la richesse de sa canopée littéraire et son regard d’esthète magnifiaient cet ouvrage que j’imaginais réservé aux puristes et qui, comme Midol, me semblait contribuer à la beauté de notre sport.

C’était hier. Depuis, le rugby est devenu pro, les vidéos ont remplacé les bouquins et Montaignac, lui, prolonge le plaisir dans les colonnes au rythme d’une chronique par mois, intercalé entre les Rufo, Margot et Villepreux. Entendez-nous, il ne faudra rien de moins pour suivre le rythme de l’actualité foisonnante et les sommets émotionnels qui vont s’enchaîner en 2023. Croyez-nous, Midol sera présent d’un bout à l’autre pour vous partager le souffle de l’épopée. Et je me dis forcément qu’il y a quelque chose de grandiose à vous confier quelques bonheurs de lecture au gré de cette année exceptionnelle qui s’offre désormais à nous.

Avec le souffle de la Coupe du monde, d’abord. Et ce rêve Bleu qui nous habite tous : voir le XV de France enfin s’installer sur le toit du monde. Logique, jamais il n’est apparu aussi bien « outillé », dense, cohérent et harmonieux. Surtout, doté de talents supérieurs. Vous pouvez nous en croire, il ne manque plus que ce titre majeur et une Coupe du monde réussie pour que le rugby français change véritablement de dimension. L’un et l’autre seront indissociables, un peu comme Montaignac avec « l’Année ». 

Avec le souffle de l’Histoire, ensuite. En cette année 2023, notre sport fêtera ses 200 ans d’existence. Un anniversaire exceptionnel et l’occasion pour Midol de vous offrir une saga historique à la mesure de l’événement. Pendant 104 numéros, chaque lundi et vendredi, nous vous proposerons de remonter le temps, à la rencontre des acteurs majeurs qui ont scellé le destin de notre sport, parfois incarné son évolution ou ses révolutions. Tout commence dès ce premier numéro de 2023, notre An I, dans les pas d’un certain William Webb Ellis...

La première icône d’un sport désormais bicentenaire. Le premier numéro d’une année 2023 qu’on vous promet superbe, pour ce qui est du rugby. Et qu’on vous souhaite radieuse, dans vos vies personnelles.
 

Emmanuel MASSICARD
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?