Pro D2 - Carcassonne, une image à redorer

  • Carcassonne doit relever la tête.
    Carcassonne doit relever la tête. - Stéphanie Biscaye
Publié le

 Treizième, l’USC est dans le dur avant la réception de Colomiers d’autant que le groupe est fragilisé par des blessures. le maintien est désormais l’objectif principal.

C’est bien connu dans le monde ovale, on a tendance à dire que les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Actuellement du côté du stade Domec à Carcassonne, on valide et signe cette affirmation des deux mains. La saison écoulée à pareille époque, l’USC avait de bonnes raisons d’être euphorique. À la trêve, l’équipe de Christian Labit occupait une très encourageante septième place avec un capital de 36 points. En quinze rencontres, elle avait décroché la victoire à huit reprises, connu une parité au score face à Vannes (14-14) à domicile et six revers. Joueurs et encadrement carcassonnais avaient alors de bonnes raisons d’être optimistes voire ambitieux. Un an après, la copie rendue à la trêve est moins élogieuse. Au terme de la phase aller de l’exercice en cours, les Audois ont rétrogradé de six places. À mi-chemin, les voilà à la treizième place qu’ils partagent avec Montauban avec 26 points au compteur. Onze points les séparent d’Aurillac, le dernier qualifiable et surtout, ils ne comptent que deux unités d’avance sur Soyaux-Angoulême, le premier relégable. Le projet du top 6 annoncé en début de saison a fait désormais place à celui du maintien surtout après la large défaite à Mont-de-Marsan (42-13) lors de l’ultime journée ce que valide le manager, Christian Labit : "Il faut appeler un chat un chat, notre première partie de saison n’est pas du tout en conformité avec nos ambitions. Cette seconde partie de championnat doit nous permettre de redorer notre image. Nous sommes dans une obligation et un désir de vouloir mieux faire. Ce soir, nous avons l’occasion de relancer cette saison. On ne l’attaque pas avec un esprit défaitiste, mais avec de l’ambition même si pour ce match de reprise, nous sommes fragilisés par des blessures. Lundi pour le premier entraînement de l’année, nous avons appris que nous ne pourrions pas compter sur les présences d’Etienne Herjean et de Grégory Annetta ce qui constitue un sacré handicap puisqu’à ce poste de troisième ligne, nous sommes en déficit voire en souffrance après la suspension de Tim Agaba et l’opération de Simon Meka."

"Ne pas tenir compte du match aller"

Pour ce premier match de l’année civile, l’USC retrouve l’adversaire de la journée inaugurale. Le 26 août dernier, Colomiers avait inauguré sa saison par un succès (24-6) qui n’a pas prêté à la moindre contestation. "Il ne faut pas tenir compte de ce match aller, précise Christian Labit. Lors de ce premier match de championnat, sur les vingt-trois joueurs inscrits sur la feuille de match, douze recrues étaient alignées, ce qui explique en partie ce revers. Nous n’étions pas dans un contexte vraiment favorable avec un groupe en construction. Par rapport à ce premier match, nous avons maintenant des repères."

Ce soir, Carcassonne lance son opération maintien face à un visiteur qui doit également se faire pardonner son précédent revers à la maison face à Oyonnax. Outre le défi à relever ce soir face à Colomiers, les Carcassonnais auront un œil sur les concurrents directs que sont Montauban et Soyaux Angoulême. Pour l’heure, l’équipe de Christian Labit est maîtresse de son destin. Destin lié également aux résultats des uns et des autres.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?