Pro D2 - Garrault « Le plus dur reste à faire »

  • Nicolas Garrault troisième ligne du Stade Montois
    Nicolas Garrault troisième ligne du Stade Montois Icon Sport
Publié le

Nicolas Garrault - Troisième ou deuxième ligne de Mont-de-Marsan

Comment s’est passée la reprise après deux semaines de repos ?

Nous avions un programme à suivre pendant la trêve, mais le menu concocté par le staff pour les trois premières semaines est assez copieux, donc c’était un peu difficile. La coupure nous a quand même fait du bien. À titre personnel, j’en avais besoin car j’ai beaucoup joué pendant la phase aller et j’étais vraiment content de couper physiquement mais surtout mentalement.

Vous avez su redresser la barre après un mois d’octobre compliqué, est-ce à dire que le plus dur est derrière vous ?

Non, le plus dur reste à faire. Il s’agit de confirmer notre remontée et les bases que nous avons retrouvées dans notre jeu en fin d’année, particulièrement la solidité défensive qui était le socle de la saison passée et qui nous a permis sur les dernières semaines de nous repositionner dans le haut du classement. Mais la route est encore longue avec quinze matchs à disputer.

Avez-vous douté, dans cette période de creux, de votre capacité à rester dans vos objectifs ?

On ne peut pas vraiment parler de doute. Mais c’est vrai que les défaites face à Agen, à Massy, les victoires que nous avons laissées échapper à Rouen ou à Aix nous ont frustrés. En même temps, elles nous ont poussés à réagir parce que nous savions que nous étions capables de beaucoup mieux. Il fallait surtout retrouver cette assise défensive que nous avions un peu perdue en début de saison. Depuis que nous sommes plus performants dans ce secteur, les choses se sont naturellement améliorées.

Le Stade montois a connu ces dernières années des fortunes diverses sur la pelouse d’Aurillac. Quelle est la clé pour espérer quelque chose ?

L’aspect mental est important bien sûr, mais il l’est à chaque rencontre. Nous nous doutons de ce qui nous attend en termes d’engagement et de combat. Nous sommes prévenus. Devant il va falloir être à la hauteur vu la qualité de leur conquête qui a mis à mal pas mal d’équipes depuis le début de la saison. Jouer à Aurillac ce n’est jamais simple et encore moins en plein hiver. Il faudra savoir répondre à leurs points forts et utiliser nos armes.

Vous avez terminé l’année 2022 sur une très bonne série, cette rencontre peut-elle être considérée comme un rendez-vous charnière ?

Un match charnière je ne sais pas, mais un match important à coup sûr. Ce serait une très bonne opération de l’emporter là-bas pour deux raisons : pour conserver notre dynamique d’avant la trêve et pour envoyer un signal aux autres équipes puisque les Cantalous sont invaincus cette saison sur leur terrain et qu’ils sont actuellement dans le Top 6. Mais c’est un gros défi qui ne sera pas simple pas simple à relever. Il faut au moins se donner les moyens d’y parvenir.

L’objectif reste d’être au rendez-vous de la phase finale. Est-ce que les deux prochains mois peuvent être déterminants dans cette optique ?

Il est certain que fin février nous y verrons plus clair puisque nous aurons joué plus des deux tiers de la saison. Nous saurons alors si nous sommes sur le bon chemin. Mais pour cela, il faut encore grappiller des points partout et être intraitables à domicile. Ce premier match va donner le ton.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?