Top 14 - Castres et son pack au défi

  • Wilfrid Hounkpatin et la mêlée castraise auront fort à faire face aux avants parisiens
    Wilfrid Hounkpatin et la mêlée castraise auront fort à faire face aux avants parisiens Icon Sport
Publié le

Les Tarnais vont passer un énorme test à l’extérieur ce week-end, contre ce qui se fait de mieux en mêlée fermée en top 14.

Poussé dans ses derniers retranchements samedi dernier face au Racing 92, le Castres olympique a réussi à ne pas perdre et à conserver son invincibilité à domicile, arrachant le match nul 26 à 26 malgré un débours qui a atteint les treize points autour de l’heure de jeu.

Le groupe a fait preuve d’une grande force mentale pour parvenir à inverser le cours du match et a même eu la balle de match au pied de Benjamin Urdapilleta, qui a vu son drop-goal fuir les poteaux à la 77e. à la question de savoir si ce nul était une bonne ou une mauvaise façon de commencer l’année, le pilier gauche Quentin Walcker répondait en coupant la poire en deux : "On n’a pas mal commencé l’année, finalement. Ce sont deux bons points de pris même si bien sûr nous aurions préféré l’emporter. Le Racing était revanchard après la déconvenue subie la semaine passée dans le derby parisien."

Samedi, c’est le Stade français et sa mêlée redoutable qui sont au menu. Castres pourra opposer ses nouvelles dispositions dans ce secteur travaillé dans le sillage de Karena Wihongi. " Tout le collectif a une certaine appétence pour la mêlée, reprend Walcker. Cela fait quelques matchs que l’on progresse bien dans ce secteur. Le Stade français base son rugby sur la mêlée depuis plusieurs saison, c’est son fer de lance. Ça sera une nouvelle histoire pour nous."

La mêlée, fer de lance des Parisiens

Une nouvelle histoire face à une équipe du Stade français en plein renouveau : Walcker reprend : "En Top 14, pas un axe droit ne fait moins de 300 kg. Le Stade français ne déroge pas à la règle, leurs lignes de statistiques en mêlée sont toutes au vert aussi. Cette année, tout leur réussit, ce n’était pas forcément le cas les saisons précédentes. Le classement parle pour eux, ce n’est pas pour rien qu’ils sont deuxième du championnat. Tous les secteurs sont au point, c’est très bien huilé. à nous de mettre un grain de sable dans le roulement."

Après cet écueil au Stade français, les Tarnais enchaîneront avec la Coupe d’Europe avant de basculer sur la réception de l’Union Bordeaux-Bègles.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?