Top 14 - Sitaleki Timani : « Je n’ai pas changé »

  • Sitaleki Timani, ici sous les couleurs de Toulon, pourrait jouer son premier match avec le Stade français ce week-end. Photo Icon Sport
    Sitaleki Timani, ici sous les couleurs de Toulon, pourrait jouer son premier match avec le Stade français ce week-end. Photo Icon Sport Icon Sport
Publié le

Avec Sitaleki Timani, le Stade français vient de recruter un bœuf, un titan pour renforcer un poste de deuxième ligne en souffrance, ces dernières semaines…

Vous avez compris que depuis trois semaines, Paris pleure ses joueurs de deuxième ligne. Vous avez probablement pigé qu’après les blessures quasi concomitantes de Pierre-Henri Azagoh, Paul Gabrillagues, Mathieu de Giovanni et Baptiste Pesenti, le Stade français, actuel dauphin de Toulouse en Top 14, a un besoin vital de quintaux valides pour épauler JJ van der Mescht et Marcos Kremer, dans la cage. À Paris, le premier joker recruté de concert par Gonzalo Quesada et Thomas Lombard est donc arrivé cette semaine, s’appelle Sitaleki Timani et samedi soir, il affrontera évidemment Castres avec trois entraînements dans les jambes. Joint au téléphone, il nous expliquait en milieu de semaine : "J’ai quitté Toulon parce que je voulais plus de temps de jeu. La concurrence était féroce au RCT et quand le Stade français m’a tendu la main, je n’ai donc pas vraiment hésité. Beaucoup d’Australiens sont passés par Paris : il y a eu Morgan Turinui, Will Genia, Digby Ioane… Ils m’ont tous dit de bonnes choses sur le club. Je savais que je serai bien accueilli, ici".

Passé par Montpellier puis Clermont, un club avec lequel il fut d’ailleurs champion de France en 2017, le géant australien (2,02 m et 142 kg) a passé les deux dernières saisons en Super Rugby (Western Force) mais reste un familier du Top 14, un vieux routier de la compétition et devrait apporter tout son savoir-faire à un paquet d’avants particulièrement conquérant, depuis le début de l’exercice 2022-2023. Au téléphone, il poursuivait ainsi : "Vous savez, je n’ai pas vraiment changé depuis le temps où je jouais à Clermont. Je vais donc tenter d’apporter toute ma densité physique au Stade français, toute mon expérience : car le Top 14, je sais comment il marche. Et j’espère que les coachs ne seront pas déçus par mes performances parce que je veux leur rendre la confiance qu’ils m’ont donnée."

le Mondial avec le Tonga ?

Pour mémoire, Sitaleki Timani (36 ans, 18 sélections) avait quitté le Top 14 il y a deux saisons pour revenir en Australie auprès de sa famille, qui traversait alors une période difficile. Au pays, son contrat avec la Western Force fut malheureusement rompu quelques mois plus tard par la franchise parce que le joueur n’avait pu se faire vacciner contre le Covid 19, une démarche alors requise, sur l’île continent. De retour au premier plan après plusieurs mois difficiles, l’ancien Wallaby (18 sélections) veut aujourd’hui briller en championnat avant, qui sait, d’accrocher un ultime rêve :

"Depuis que World Rugby a changé les règles d’éligibilité, concluait-il mercredi soir, j’ai le droit de postuler pour mon pays d’origine, à savoir le Tonga. Si je suis suffisamment bon les six prochains mois, peut-être me prendront-ils pour faire la Coupe du monde… Qui sait… Ce serait magnifique…" Et avec lui, Malakai Fekitoa, Israël Folau ou Ben Tameifuna, les Aigles du Pacifique auraient de nombreuses raisons de mettre le "dawa" dans la Poule C du Mondial…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?