Top 14 - Stade français : Romain Briatte, tout un symbole

  • Top 14 - Stade français : Romain Briatte, tout un symbole
    Top 14 - Stade français : Romain Briatte, tout un symbole Icon Sport
Publié le

Le capitaine parisien est un vrai repère pour son groupe sur et en dehors du terrain, garant d’un état d’esprit retrouvé.

Souvenez-vous. L’an passé, il a souvent été reproché au Stade français un manque de caractère. La dernière sortie de la saison contre Brive (défaite à domicile 17-33) avait sonné comme un symbole de ce constat. Pourtant, dans l’intimité du vestiaire, Romain Briatte avait déjà pris de l’épaisseur. à tout dire, il n’a pas attendu d’être nommé capitaine, en l’absence de Paul Gabrillagues, pour devenir le patron du vestiaire parisien. L’ancien Agenais, arrivé au Stade français durant l’été 2021, s’est très vite imposé en leader. D’abord, sur le terrain. L’entraîneur des avants Laurent Sempéré en a fait l’un de ses capitaines de touche dès sa première saison. Ensuite, dans la vie de groupe. Il est celui qui a réinstauré les soirées collectives entre joueurs, créant plus de liens dans la vie de tous les jours, ce qui se ressent forcément sur le terrain. "C’est un phare dans le vestiaire, souligne Sempéré, un mec toujours d’une humeur constante, qui ne subit pas le poids de l’environnement. Il est vraiment un repère très important. Il sait boire un coup quand c’est nécessaire mais il sait aussi quand il ne le faut pas. Et ça, c’est difficile à trouver. "

Surtout, il est un symbole du renouveau de l’état d’esprit parisien. Peut-être trop seul la saison dernière dans ce rôle, il est aujourd’hui accompagné. "Depuis que je suis revenu, disait le manager Gonzalo Quesada en début de saison, nous nous attachons à recruter uniquement des joueurs chez qui l’on sent une réelle volonté de venir au Stade français. Des mecs revanchards, des joueurs qui ont faim, qui viennent chercher une étape importante de leur carrière au Stade français. Nous avons besoin de construire une identité avec ces joueurs-là. C’était assez vrai l’an dernier, ça l’est complètement cette année. Nous voulions des joueurs de caractère." Et force est de constater que des garçons comme Giovanni Habel-Küffner ou encore Mickaël Ivaldi cochent toutes ces cases. Clément Castets, arrivé un an plus tôt, également. à l’image de Briatte, leurs noms ne sont pas les plus ronflants du Top 14. "C’est un groupe de joueurs qui se ressemblent et qui s’est retrouvé autour de Romain (Briatte) et d’anciens comme Paul Gabrillagues, souligne encore Sempéré. Et en plus, ils ont aussi cette caractéristique commune d’être dans l’échange, l’écoute. Ils sont demandeurs, ils ont besoin qu’on les nourrisse de nouveautés en permanence pour avancer. " Ce qui explique peut-être pourquoi le Stade français en est là aujourd’hui.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?