Pro D2 - Massy sur la ligne de front contre Vannes

  • Plusieurs joueurs de Massy après le match contre Colomiers
    Plusieurs joueurs de Massy après le match contre Colomiers Icon Sport
Publié le

Complètement dépassés en touche, les Franciliens ont déployé une défense de fer pour endiguer la vague offensive bretonnes. 

Il est donc possible pour une lanterne rouge décrochée dans son classement, de perdre une bonne dizaine de ballons dans l’alignement en touche, d’essuyer vague offensive sur vague offensive, mais de s’en accommoder, puis de sortir vainqueur d’un tel duel déséquilibré, contre l’un des grands prétendants à la phase finale ! La grande leçon de bravoure que les Massicois ont écrit vendredi soir sur leur petite table d’écolier besogneux, outre qu’elle a relancé la course au maintien dans des proportions assez inattendues, a révélé la capacité de ce groupe francilien à complètement se reprendre en main. Le stage de Bourges organisé pendant trois jours en début de semaine dernière à la reprise de l’entraînement, imaginé par le staff technique pendant les vacances alors qu’il n’était pas prévu à leur programme, lors duquel "nous nous sommes dit les choses", comme le révèle Julien Maréchal, a complètement porté ses fruits.

Deccuber en fer de lance

Et ces scories abominables qui avaient coûté la victoire contre Angoulême, ces erreurs de comportements qui avaient provoqué cette défaite horrible contre Béziers, tous ces défauts d’une équipe qui semblait rajouter elle-même de l’eau au moulin de ses insuffisances, ont complètement disparu de sa prestation collective. Massy avait décidé de ne pas mourir dés le début du mois de janvier, de faire la nique à son destin tragique de condamné désigné, et les ingrédients de cette révolte collective sont apparus dans un récital défensif d’une rare homogénéité entre les êtres. Le placage énorme de Victorien Jacomme sur Nick Abendanon, qui a provoqué perte de balle et contre en solo victorieux de Martin Carré (39e), ce grattage valeureux d’Arthur Seigneuret dans un moment de grande tension non loin de sa ligne (57e), ont trouvé des pendants dans chacune des interventions défensives de leurs coéquipiers. La palme d’or revenant comme souvent à leur Jean-Maurice Deccubuer, l’homme qui culmine au-delà des vingt placages assénés par sortie, revenu de sa blessure à la face au meilleur de sa forme. Et à chaque perte de balle en touche, face à chacune des initiatives des Bretons qui ont cherché jusqu’au bout à faire exploser leur verrou défensif, les Massicois ont opposé leurs corps à finir complètement broyés et mâchés. Nombre d’entre eux ont mis genou à terre et se sont pris la tête à deux mains au coup de sifflet final, dans un moment de récupération nécessaire avant de goûter véritablement à cet exploit d’un soir. Un peu de moins de trois après leur dernier succès remporté contre Mont-de-Marsan, après avoir vécu cette série de six défaites consécutives qui les avaient enterrés tout au fond du classement, ils ont vraiment payé le prix de leur espoir retrouvé.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?