Top 14 - À Brive, finisseurs riment avec vainqueurs

  • Vano Karkadze et les Brivistes ont réussi un énorme coup en triomphant de Toulon. Dire que la greffe Collazo a pris est un euphémisme !
    Vano Karkadze et les Brivistes ont réussi un énorme coup en triomphant de Toulon. Dire que la greffe Collazo a pris est un euphémisme ! Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Pour la troisième fois de suite, le CABCL a forcé la décision lors des dernières minutes, dans le sillage d’un Karkadze épatant. La profondeur de banc corrézienne est une des grandes forces de la bande à Collazo.

Samedi, aux alentours de l’heure de jeu, un frisson a traversé les travées du Stadium municipal. Le RCT était revenu à quatre points au tableau d’affichage et l’entrée en jeu des finisseurs toulonnais augurait d’un potentiel renversement de situation : Baptiste Serin, Sergio Parisse, Beka Gigashvili ou encore Facundo Isa étaient autant de potentiels facteurs X à même de changer le cours des événements. C’eut été plutôt cruel pour des Brivistes dominateurs dans la globalité : « On n’a pas douté, c’est juste le score qui pouvait être inquiétant », relevait après coup Arnaud Mela.

Comme les quelque 10 000 supporters corréziens présents dans l’enceinte le craignaient, les nouveaux entrants varois ont progressivement renforcé la menace toulonnaise. Jusqu’à cette séquence d’une minute, à la 74e. Sous les coups de boutoir adverses, la défense locale s’accrochait et finissait par gratter ce qui ressemblait à une balle de match par Vano Karkadze, entré en jeu en début de seconde période. Quatre minutes plus tard, le Géorgien parvenait, après une charge suivie d’une pirouette pleine de malice et de rage, à aplatir l’essai de la délivrance. Après la rencontre, Arnaud Mela a tenu à appuyer l’hommage à son talonneur : « Je suis très content pour lui. Il a passé une période très compliquée. On a pu voir comme tout le monde était heureux après son essai. C’est un jeune joueur à qui il est arrivé une chose terrible, c’est très bien qu’il ait connu cette joie. » Récemment endeuillé par la perte de son père, Vano Karkadze a été le héros du jour pour son retour au Stadium. Par-delà la belle histoire personnelle, le Géorgien a magnifiquement incarné avec son entrée en jeu les étonnantes ressources brivistes. Pour la troisième fois en trois rencontres, les Corréziens ont su forcer la décision dans les dernières minutes. « C’est le troisième match de suite où les remplaçants apportent vraiment », confirme l’ancien deuxième ligne.

Papali’i, facteur X idéal

Le CABCL a encore gagné le match des finisseurs : contre Clermont, Abraham Papali’i avait surgi du banc à la 88e minute pour offrir un succès inespéré ; à Lyon, Enzo Hervé était sorti de sa boîte pour claquer un full-house décisif ; face à Toulon, Vano Karkadze, Oskar Rixen ou encore Abraham Papali’i, précieux dans ce rôle, ont été déterminants. La preuve qu’avec le treizième budget du Top 14, il est possible d’avoir un effectif des plus étoffés. Avec quelques retours de blessure (Hirèche, Lee) et l’émergence de jeunes joueurs (Ferté, Fabien, Rixen), cette profondeur en surprend plus d’un aujourd’hui. Mais il ne manquait en fait qu’un déclic pour que ce collectif affiche un niveau de performance à la hauteur de son potentiel. Et Patrice Collazo est passé par là…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?