Top 14 - La Section est vraiment en panne

  •  La Section paloise est de nouveau à l’arrêt, confrontée à un inquiétant retour en arrière après une éclaircie riche en promesse.
    La Section paloise est de nouveau à l’arrêt, confrontée à un inquiétant retour en arrière après une éclaircie riche en promesse. Icon Sport
Publié le

Troisième défaite de la saison à domicile pour une section qui n’a pas réussi à trouver la clé en attaque.

Quatrième match consécutif sans victoire, le deuxième d’affilé à zéro point, mais aussi la troisième défaite au Hameau de la saison, sans oublier le nul concédé face à Bayonne. La Section paloise est de nouveau à l’arrêt, confrontée à un inquiétant retour en arrière après une éclaircie riche en promesse.

Alors qu’elle pouvait être à la lutte en milieu de tableau, en compagnie de Toulon, Clermont et Lyon, en espérant se glisser dans une ouverture pour voir plus haut, la formation de Sébastien Piqueronies est maintenant à la traîne en fond de tableau et doit regarder dans les rétroviseurs car Brive revient fort, après avoir réduit l’écart de dix points sur les trois dernières journées.

La panne actuelle vient surtout d’une défaillance dans le secteur offensif. La Section n’a pas marqué d’essai lors de ses deux dernières sorties, même si face à Lyon elle est parvenue à se rapprocher de l’en-but adverse. Sans succès, incapable de faire les derniers centimètres restants, perdant des ballons juste sur la ligne ou ne parvenant pas à concrétiser une interception de Matthias Colombet qui aurait dû sceller le sort de la rencontre.

« Dans les moments clés, on manque clairement de lucidité pour bonifier nos actions, reconnaissait ce samedi le manager Sébastien Piqueronies qui a encore vu son équipe craquer dans les dernières minutes après avoir fait la course en tête en seconde période. « Notre incapacité à faire basculer les matchs dans les moments importants est une faiblesse. à La Rochelle, nous avions été capables d’appuyer pour inverser la pression à la fin, mais aujourd’hui, c’est notre faiblesse, en raison d’une certaine fébrilité et à un manque de confiance du moment. »

L’europe au bon moment

La trêve européenne arrive cette fois à point nommée. Elle avait coupé la bonne dynamique en décembre. Il faut espérer qu’elle stoppe, cette fois, cette spirale négative. « On va se reposer, se connecter et trouver des solutions ensembles pour être convaincus de nos forces dans les moments de bascule pour qu’ils soient en notre faveur. C’est de l’énergie et de l’éveil et nous avons déjà montré que nous sommes capables », soulignait Sébastien Piqueronies, expliquant qu’il fallait travailler pour éviter de passer par un effrayant match de barrage en fin de saison. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas Augot
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?