Top 14 - Les secrets de la revanche toulonnaise de Patrice Collazo

  • Patrice Collazo et Pierre Mignoni se saluent avant le match entre leurs deux équipes, sous le regard de Bernard Lemaître.
    Patrice Collazo et Pierre Mignoni se saluent avant le match entre leurs deux équipes, sous le regard de Bernard Lemaître. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Pour sa première sur le banc du CAB au Stadium, Patrice Collazo a retrouvé son ancien club, Toulon. Pour cette occasion, le technicien avait préparé un plan diablement efficace avec son staff. Ses joueurs lui ont donné raison.

Le calendrier s’est montré particulièrement taquin avec Patrice Collazo : pour sa première sur le banc du CAB, à Lyon, il l’avait amené à croiser son ancien binôme rochelais Xavier Garbajosa ; une semaine après, son baptême au Stadium lui a offert des retrouvailles avec Toulon, son premier club de joueur, son dernier comme technicien avant son rebond corrézien après quinze mois d’attente. "Est-ce que c’est un match spécial ? Non, avait évacué l’intéressé dans la semaine. […] La rencontre de Toulon a été préparée comme celle de Lyon. Mais je comprends que cela éveille des sujets chez beaucoup de monde."

Si la dimension émotionnelle faisait juste office de toile de fond, sa connaissance de l’effectif et des caractéristiques de l’adversaire était en revanche autrement plus concrète. "Je fais mon métier, comme les autres entraîneurs. Après, oui, je connais Pierre (Mignoni), je connais Franck (Azéma). Et l’équipe a évolué." Quinze des vingt-trois joueurs alignés samedi par le RCT avaient tout de même évolué sous ses ordres. Pour la venue de ses anciens protégés et de ses successeurs, Patrice Collazo et ses nouveaux associés avaient préparé le plan parfait : dans l’occupation, le jeu de pression, en touche, le plan s’est avéré diabolique d’efficacité. "Quand on voit la composition d’équipe que va annoncer Toulon puis son banc de touche, il ne faut pas que l’on ait qu’un plan A, évoquait-il dans l’avant-match. Il en faut un B, C, D, E pour contenir cette équipe pendant quatre-vingts minutes." Le traquenard était prêt. Encore fallait-il que ses troupes lui donnent raison : "On a respecté le plan de jeu de Patrice et des coachs, appréciait Julien Delannoy, une fois le piège tendu. On savait qu’il fallait les mettre sous pression d’entrée."

Collazo, le discours gagnant

Sorties de camp, stratégie, conquête : le goût des choses simples a permis à Saïd Hirèche et à ses partenaires d’atteindre leur objectif. "En améliorant l’organisation, en gagnant en précision et en clarté dans discours, on peut vite améliorer des choses dans le rugby, reprend le stratège. Les gars étaient dans une période où il fallait leur demander des choses dont ils étaient capables. Je n’ai rien révolutionné, je n’ai rien inventé."

Pour se relever, Brive n’avait pas besoin d’un magicien mais d’un meneur d’hommes au regard neuf et aux idées claires. La prestation face à Toulon a démontré tout ce que le Varois d’origine pouvait apporter à un club en mission survie : "C’est comme une dialyse, ce sang neuf a fait du bien, reprend le deuxième ligne. Il a perfectionné l’état d’esprit. Son discours est absorbé par tous." Au-delà de la tactique, son intervention auprès du groupe avait placé ses troupes dans les meilleures dispositions pour relever le défi du jour. Il n’y a eu ni coup de gueule ni de casque dans les vestiaires du Stadium : "Patrice a plutôt demandé aux gars d’être calmes et sereins, il voulait qu’ils maîtrisent l’engagement, qu’ils soient bons sur la discipline, raconte Arnaud Mela. On sentait que les joueurs étaient prêts au niveau de la motivation. Il fallait tempérer tout ça pour qu’ils soient calmes." De la maîtrise et de la confiance : Patrice Collazo a en quelque sorte apporté à Brive tout ce qui manque à Toulon actuellement. Voilà un joli clin d’œil du destin, ni plus ni moins.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?