Champions Cup - Bientôt le "vrai visage" de Paiva avec la Rochelle ?

  • Thierry Paiva (La Rochelle) lors du match face à Brive en Top 14
    Thierry Paiva (La Rochelle) lors du match face à Brive en Top 14 Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En rodage jusqu’ici, le joueur formé et révélé à Bordeaux-Bègles s’estime désormais d’attaque et sent poindre l’heure de la bascule.

Thierry Paiva a eu le temps d’avaler un morceau, mercredi midi, au sortir de l’entraînement. Mais le dernier rochelais à sacrifier à l’exercice médiatique programmé avant cette troisième journée de Champions Cup avait encore faim. Une immense faim… de jeu, surtout ! Ses débuts rochelais disons discrets, dans le sillage de l’épouvantail Reda Wardi, n’ont pas satisfait son appétit de pilier. Avec cinq titularisations au compteur et aucun match premium débuté, excepté le déplacement automnal à Clermont, c’est peu dire que l’ancien girondin souffre de la comparaison, pour l’heure, avec le néo-gaucher des Bleus. Non sans y voir une forme de logique, malgré un dernier exercice plein sous le maillot de l’UBB. "J’ai eu du mal à m’adapter au jeu, c’était lent à se mettre en place, confesse la recrue Paiva. Auparavant, j’avais beaucoup de facilité dans le jeu courant. À Bordeaux, j’avais carte blanche pour gratter tous les ballons, j’en touchais beaucoup plus, j’étais beaucoup plus actif, c’était ce qu’on me demandait. Ici, beaucoup de joueurs sont dans le même profil donc il ne faut pas essayer de croquer les ballons pour être le joueur mis en avant […] Les systèmes sont totalement différents de ceux que j’ai connus."

"Maintenant, c’est parti !"

Lucide mais pas frustré, jure-t-il, de ne pas jouer son jeu de toujours, "Titi" l’est d’autant moins que ses dernières sorties préfigurent un changement de braquet, à ses yeux : "Je sens que je monte vraiment en puissance. Les partenaires me font confiance, ils me le disent. C’est important pour moi de savoir que j’ai une place importante, de me sentir à l’aise. Maintenant, c’est parti ! En 2023, je n’ai plus d’excuse, je pense que l’on va trouver mon vrai visage. Je me sens prêt à jouer tous les matchs. À moi de montrer ce que je sais faire et de titiller Reda et Léo (Aouf)." L’Ulster est un beau morceau pour commencer à (re) prendre du poil de la bête, comme titulaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain Asselin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?