Pro D2 - Aurillac doit passer à autre chose face à Béziers

  • Anderson Neisen balle en main lors de la rencontre face à Rouen
    Anderson Neisen balle en main lors de la rencontre face à Rouen Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le Stade aurillacois va devoir faire table rase des conditions de sa défaite face à Mont-de-Marsan pour être à la hauteur de Béziers.

Têtes basses et lèvres pincées. Le Stade aurillacois a certainement livré son plus beau match à Jean-Alric depuis deux saisons. Mais dans les deux cas, la finalité aura été la même : la défaite. Une frustration extrême que le staff a voulu effacer dès la fin de la rencontre face à Mont-de-Marsan, préférant se projeter tout de suite sur le match d’après.

Facile à dire, moins facile à faire quand on laisse une énergie incroyable dans le combat, dans l’intensité, dans la proposition de jeu… et qu’au bout rien, si ce n’est un bonus défensif au goût très, très amer. Une week-end à digérer, à se refaire le match dans sa tête et de se rappeler que ce fameux "détail" coûte encore très cher aux Cantaliens.

Alors on fait table rase de la veille, on panse sa plaie à l’agrafeuse et on se remet au travail. "Comment on se remet d’un match comme cela ? Tout simplement en se remettant au travail, lâche Roméo Gontineac. Dans ces cas-là, il faut être le plus objectif possible et dire que sur ce match, nous n’avons pas été parfaits, qu’on a encore loupé des choses." L’entraîneur aurillacois ne fait pas dans l’état d’âme car "cela ne sert à rien. Il faut qu’on arrête de pleurer et qu’on bosse." Toute la semaine, avec tout son staff, il a remis les mecs sur la route, le droit chemin, celui qui doit s’approcher le plus possible de la perfection.

"Il faut qu’on arrête de pleurer et qu’on bosse !"

Travailler la touche, la mêlée, le replacement défensif, repenser les priorités, remettre le pragmatisme au cœur des débats et donner encore plus de sens aux choix de la raison.

Mettre la pression et prendre des points. Maîtriser la conquête et prendre des points. Faire des choix, mais prendre des points. On l’a dit et répété, le Stade aurillacois a livré une performance largement digne du top 6 la semaine dernière, mais il faudra faire encore mieux à Béziers où il n’est jamais facile de s’imposer ; des Héraultais bien décidés à ne pas laisser les clés du camion aux Cantaliens.

Une nouvelle fois il faudra s’y filer dans le combat, il faudra être encore plus discipliné que l’ASBH, être plus stratégique, être plus propre… Bref, être "plus" que son adversaire pour prétendre à quoi que ce soit.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?