Pro D2 - Béziers doit vaincre ses singulières facéties face à Aurillac

  • Gillian Benoy et les Biterrois doivent redresser la tête après le coup de massue reçu la semaine dernière face à Oyonnax. Photo Icon Sport
    Gillian Benoy et les Biterrois doivent redresser la tête après le coup de massue reçu la semaine dernière face à Oyonnax. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Vexés par leur prestation insignifiante à Oyonnax pour la reprise, les Héraultais songeront sur la réception d’Aurillac pour retrouver une forme de sérénité.

Quand bien même un déplacement chez le leader incontesté ne représente que rarement une partie de plaisir, les Biterrois ont mordu la poussière dans l’Ain avec un renoncement inhabituel. Le genre de claque qui instaure déjà une prise de conscience alors que le groupe n’était absolument pas chamboulé pour ce voyage. Par principe, les Héraultais se sont réfugiés dans le travail et les séances furent studieuses, avec la réception des Cantaliens dans leur antre de Raoul-Barrière. Le flanker Gillian Benoy qui a participé comme ses coéquipiers à la déroute, tentait d’expliquer : "On a pris une leçon d’efficacité. On savait qu’il ne fallait rien donner, mais on a pêché dans la discipline. Toute l’équipe est relativement énervée de ce qui s’est passé."

Plutôt généreux en défense et régulièrement loués pour leur abnégation dans ce secteur, les joueurs du bord de l’Orb ont vacillé. Est-ce déjà une alerte après la trêve des confiseurs ou seulement un accident de parcours, l’international Belge poursuit : "Bien sûr, ça fait mal. La vidéo a mis l’accent sur nos errances, nos sorties récurrentes du cadre convenu. On a constaté sur cette seule rencontre l’ensemble des attitudes à ne plus produire. La motivation sera présente face à Aurillac, nous ne pouvons plus accepter d’être dans l’approximatif dorénavant." Après pareille déconvenue, le timing est étonnant malgré un retour aux affaires digne de ce nom lors des ultimes journées, qui aura sorti Béziers des profondeurs du classement.

Opposés à des Aurillacois bien installés dans les hauteurs, le challenge sera élevé pour les hommes de Pierre Caillet. Pour éviter le retour des doutes et réaffirmer le sursaut entrevu ces dernières semaines. Le patron du sportif n’a pas apprécié la première levée de 2023 et compte sur une réaction d’orgueil : "On est un peu retombés dans certains travers. Le manque de conservation, la discipline, la conquête. Si Oyonnax domine le championnat, nous devons aussi faire le minimum dans l’engagement."

Intransigeance primordiale

De quoi mettre en éveil un groupe qui n’était pas encore réceptif à cette reprise, il précise : "Trop d’éléments furent déficients, la mêlée notamment et on n’aime pas trop çà par ici. Les images sont éloquentes et on doit montrer plus de choses pour imposer notre jeu." Avec comme objectif de renouer avec le succès, les Biterrois voient se dresser Aurillac sur leur route. Après une rencontre à l’aller disputée sur tous les registres, les Héraultais seront avertis de l’adversité. Gillian Benoy dresse le portrait des Cantaliens : "On sera vigilants, devant c’est très varié dans leur dispositif et on ne devra pas subir. Nous serons prêts pour ce défi, et le paramètre physique sera toujours d’une grande intensité, comme toujours face à Aurillac." Béziers souhaite s’épargner de certaines incongruités dans l’optique de ne pas polluer le redressement entrevu lors du bloc précédent. Pour s’éloigner de la zone rouge et démarrer l’année dans la confiance afin d’impulser une énième dynamique.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?