XV de France - Avec la blessure de Danty, la paire de centres préoccupe le staff des Bleus

  • Avec la blessure de Danty, la paire de centres préoccupe le staff des Bleus
    Avec la blessure de Danty, la paire de centres préoccupe le staff des Bleus Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La blessure de Jonathan Danty, oblige le staff des Bleus à trouver d’autres recours à un poste fragilisé. Plusieurs pistes sont étudiées. 

Voilà plus d’un an que le poste de trois-quarts centre oblige le staff du XV de France à se creuser les méninges. Il y eut la première grave blessure au genou d’Arthur Vincent ou le déclassement de Virimi Vakatawa. Depuis, l’ancien Racingman a arrêté sa carrière à cause d’un problème cardiaque et le joyau du MHR a connu une sévère rechute. Mais les Bleus avaient trouvé une paire redoutable, composée du Rochelais Jonathan Danty et du Racingman Gaël Fickou. Celle qui avait battu les All Blacks en novembre 2021, puis réalisé le grand chelem et aligné trois succès à l’automne en 2022. Le forfait de Danty, touché à son tour à un genou, est donc un coup dur pour Fabien Galthié et ses adjoints. Mardi, le sélectionneur a affiché son pessimisme : "Le poste se fragilise. Nous sommes inquiets pour Jonathan Danty. On a parlé de croisé postérieur mais il y a aussi un doute sur le croisé antérieur." Finalement, ce dernier doute a été chassé et son entraîneur en club Sébastien Boboul a annoncé que le joueur ne serait pas opéré, mais son absence sera de trois mois.

Quelle solution à court terme pour le sélectionneur ? Elle semble évidente. Comme ce fut le cas à plusieurs reprises, le Bordelais Yoram Moefana – titulaire à l’aile en novembre – devrait retrouver son poste de prédilection. "Il a fait de très bonnes entrées au centre, ne cache pas Galthié. Il est possible que Gaël Fickou soit aligné avec lui." En ce sens, le staff espère que l’ailier toulonnais Gabin Villière – touché au péroné et à la main gauche – sera opérationnel à temps, sachant que Moefana sera sûrement fixé au centre sur le Tournoi. Autre possibilité déjà explorée en novembre 2021 mais qui n’avait pas donné satisfaction : décaler Romain Ntamack en numéro 12 pour l’associer à Matthieu Jalibert en 10 ? "Tout est possible, on envisage tout", a balayé Galthié, laissant à penser que la piste n’est pas privilégiée.

Delbouis, un profil de pur numéro 12

Le technicien est conscient qu’il doit dénicher des recours, pour compenser une autre éventuelle blessure et densifier le poste. Il a donc ratissé large, au vu des formes du moment et a cité plusieurs prétendants : "Il y a Julien Delbouis, Emilien Gailleton qu’on a déjà pris avec nous, Dimitri Delibes, Pierre-Louis Barassi. On a des options. Tani Vili aussi qu’on n’a pas pris mais qu’on suit."

Si le Palois Gailleton est davantage considéré comme un joueur "porté vers l’extérieur" par le sélectionneur, le profil de pur numéro 12 de Delbouis, revenu au premier plan avec le Stade français, peut lui offrir un certain crédit avant le stage de Capbreton où les hommes retenus joueront forcément gros. Le Toulousain Barassi est aussi un garçon de confiance pour Galthié, qui apprécie la polyvalence de son partenaire Delibes, lequel peut évoluer à l’aile. Au-delà du Tournoi, le sélectionneur sait qu’une incertitude pourrait subsister sur l’état physique de Danty et Vincent, même s’ils seront revenus à temps pour le Mondial, et qu’il faut dès à présent agrandir le champ des possibles au centre. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?