Pro D2 - Béziers renoue avec son savoir-faire et surclasse Aurillac

  • Pro D2 - Gabin Lorre a inscrit un doublé
    Pro D2 - Gabin Lorre a inscrit un doublé Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Appliqués sur tous les registres, les Biterrois ont glané un succès bonifié face à Aurillac en proposant un rugby complet et productif.

L’envie de basculer sur d’autres considérations était cernée. L’opportunité de vaincre Aurillac afin de congédier quelques maux constatés la semaine auparavant fut également ciblée. Rapidement, les joueurs de Pierre Caillet ont démontré que le curseur était à la hausse, face à des Cantaliens inhabituellement passifs. Auteurs d’une prestation teintée de promesses en tout genre, les Héraultais ont convaincu comme le souligne le patron du sportif : « Nous avons proposé un match sérieux, on désirait chercher des choses. Et quand nous parvenons à imposer notre jeu, cela nous réussit. L’essentiel est fait et c’est très positif de conserver ce bonus offensif qui nous échappait parfois. »

Bien que bousculés en mêlée fermée en début de rencontre, les locaux n’ont pas dérogé à leurs principes. Dominateurs par la suite sur les phases statiques, la montée en régime fut constatée en divers points. Par du recentrage, où les avants de l’ASBH ont gagné de nombreux duels dans l’axe. Puis sur l’aspect défensif, où les joueurs de Roméo Gontinéac furent repoussés avec autorité. Une satisfaction supplémentaire pour Pierre Caillet : « Je retiens qu’on garde cette intensité sur toute la rencontre et qu’on a su capitaliser nos munitions. Ce liant entre nos joueurs et cette connexion fut de bonne qualité et a permis de placer quelques contres. »

De la maîtrise à profusion

Les conclusions ne furent guère du même acabit pour les Aurillacois, méconnaissables sur leurs possessions et stériles la plupart du temps au moment de conclure. Roméo Gontinéac y voyait comme un rappel pour la suite : « On a affronté une équipe qui avait plus faim que nous. Le rugby est un sport de combat et de mouvement, et sur ce duel aucun de ces ingrédients n’étaient présents. Peut-être qu’on s’est vus trop beaux, et quand on faillit en tant qu’équipe, on retourne travailler et on se remet les idées à l’endroit. »

Alors que les joueurs de l’ASBH étaient revenus à des agissements classiques qui font leur force comme l’agressivité et la tenue de la ligne d’avantage, d’autres solistes se sont illustrés et ont profité des espaces comme Raffaele Costa Storti, l’international portugais de retour après une période de convalescence. L’ailier affichait le sourire : « On a levé la tête et on se doit de conserver cette mentalité. C’est une question d’équilibre et il faut persévérer dans cette voie. 

Béziers grappille des points et serait inspiré de fructifier cette aubaine afin de cerner les dessous d’une deuxième partie de saison qui n’a pas encore établi son scénario.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?