Pro D2 - Biarritz se coupe l’herbe sous le pied contre Colomiers

  • Romain Lonca et les Biarrots se sont inclinés à Colomiers
    Romain Lonca et les Biarrots se sont inclinés à Colomiers Icon Sport
Publié le

Réduits à vingt-deux dont seulement cinq joueurs de première ligne avant la rencontre, les Biarrots ont affiché un trop grand déficit en mêlée pour espérer quoi que ce soit de ce voyage à colomiers

Le plus embêtant dans ce déplacement sans point obtenu, c’est que le Biarritz olympique a réalisé un match positif dans l’engagement et dans les intentions de jeu, comme c’est souvent le cas. Mais la mêlée a trop été en difficulté pour espérer davantage. "On est très déçu évidemment, commentait le capitaine Dave O’Callaghan. Notre conquête a été trop mal et on commet trop de fautes. Si tu donnes autant d’occasions à une équipe comme Colomiers, tu obtiens la défaite, c’est certain." Il faut dire que la première ligne basque n’a pas été aidée par le forfait de dernière minute de Thomas Sauveterre. Clément Renaud, prévu remplaçant, a dû monter en gammes, démarrer la rencontre, et disputer l’intégralité de la rencontre… Exténué, il exprimait ceci à l’issue de la rencontre : "Je l’ai appris ce midi car Thomas était alité toute la journée. Il a fallu faire avec, et ça a été compliqué parce que ça "tapait" en face. J’ai manqué de lucidité par moments et c’est là où je dois progresser." Là où le talonneur de 23 ans assumait "l’entière responsabilité" des difficultés en conquête, notons quand même l’absence surprenante de joueur de première ligne dans les suppléants. Sans compter le carton jaune de Luka Azariashvili (70e), qui a annihilé la possibilité d’une sortie de l’ancien Bordelais.

Un stage à Saint-Lary

Le grand nombre de blessés, notamment au front (El Fakir, Millar, Tabidze, Nutsubidze) n’a pas aidé en ce sens. Et forcément, dans le "money-time", il a manqué de lucidité et de jus au pack biarrot. Cinq mêlées concédées en mêlée fermée, et les hommes de Matthew Clarkin et Shaun Sowerby repartaient sans rien. "Bien sûr, courir après le score n’a pas été une bonne chose, poursuivait Dave O’Callaghan. Mais il y a eu plein de bonnes choses en défense. On s’est montré plutôt à l’aise et il y avait du caractère. Ce qui a fait la différence, c’est la perte de toutes ces touches, ces mêlées… À partir de là, être très fort en défense est inutile."

Pour se remettre d’aplomb, le Biarritz olympique, désormais troisième à quatre points du Stade montois, va pouvoir profiter d’un stage de quatre jours à Saint-Lary. "Ça va être dur de regarder ce match mais il faut le faire. On va passer de bons moments ensemble, avec nos familles. Il est très important de tisser des liens dans les moments difficiles comme aujourd’hui." 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin Put
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?