Champions Cup - Toulouse, vent dans le dos face à Sale

  • Antoine Dupont et le Stade toulousain avec le vent dans le dos face à Sale.
    Antoine Dupont et le Stade toulousain avec le vent dans le dos face à Sale. MB Media / Icon Sport - MB Media / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Malgré un contenu qui a généré quelques frustrations et un bonus offensif peut-être laissé en route, les Stadistes ont aligné un troisième succès de rang, ce qui les place en excellente position pour la suite de la compétition.

Le pire, c’est que la large victoire à Sale a laissé quelques frustrations aux Toulousains. Cela s’entend, tant ils ont eu toutes les peines du monde à poser leurs griffes sur cette rencontre malgré une supériorité évidente (pas seulement numérique après l’expulsion de Cobus Wiese), laquelle s’intensifiait au fil des minutes. « Nous sommes tombés dans un match où il ne se passait rien, regrette Ugo Mola. On a surjoué, tenté la passe mal assurée. On ne se sentait pas en danger mais on n’a pas gagné aussi facilement qu’on aurait dû. Je suis un peu déçu d’être tombé dans le piège aussi naïvement. On a remis les choses dans l’ordre après la mi-temps mais heureusement… On ne va se mettre une médaille sur le maillot pour autant Que ce fut poussif ! On nous avait promis l’enfer, la guerre des rucks. On a tenu certaines promesses mais pas celle du jeu. Au Stade toulousain, on se doit d’être un peu plus ambitieux, ce qui ne veut pas dire être prétentieux ou présomptueux, en fonction des circonstances de match. On l’avait très bien fait au Munster ou à l’aller contre Sale. Là, on a manqué d’adaptation. »

Une analyse, froide et lucide, qui faisait écho à celle son ouvreur Romain Ntamack : « Dans notre équipe, les joueurs veulent toujours faire mieux et plus. Je pense que, sur ce match, nous n’avons été qu’à 50 % de ce que l’on peut faire. » Même sur le terrain du deuxième de Premiership. C’est dire le potentiel des Rouge et Noir… N’empêche, le même Ntamack insistait sur le fait que, si lui et ses partenaires ont dû attendre d’avoir l’appui du vent en deuxième mi-temps pour asseoir leur domination, ils avaient largement les capacités de ramener un bonus offensif à Salford. « Il faut se satisfaire de ça mais c’est dommage de laisser un point en route qui peut être décisif sur le classement général de la poule », confirme son manager. Même si Antoine Dupont ajoute avec le sourire : « Si, avant de venir à Sale, on avait dit à Ugo qu’on gagnerait 27-5, je crois qu’il aurait signé ! »

Le souvenir de la saison dernière

Les Toulousains répètent, depuis l’entame de la campagne de Champions Cup, leur volonté de prendre le maximum de points pour s’ouvrir le tableau en phase finale. C’est même une obsession. « L’avantage du terrain compte, il n’y a pas photo, note Mola. On a payé pour le comprendre… »

Référence aux déplacements à Belfast en huitième de finale retour la saison dernière, puis à Dublin en quart et en demie. Un programme certainement trop lourd, que ses hommes ne veulent pas revivre. « On prend de l’expérience chaque année et, l’an passé, on a beaucoup appris de ce nouveau format qui ne donne aucun droit à l’erreur en phase de poule, souffle Dupont. Même si on n’avait pas fait d’erreurs vu qu’on n’avait pas pu jouer (deux matchs annulés pour cause de Covid, N.D.L.R.) mais le fait est qu’on a eu un parcours très compliqué. Là, on voulait se donner les moyens de se rendre les choses plus faciles. On a su le faire jusque-là. Pour bien finir, il faudra une quatrième victoire. » Ce sera contre le Munster dimanche à Ernest-Wallon. Si les Toulousains s’offrent un succès bonifié, ils ont même de fortes chances de s’assurer la première place de la pouleB, puisqu’ils bénéficient pour l’instant d’un goal-average favorable par rapport à La Rochelle et Leicester. Alors, tout ne fut pas parfait samedi mais, comme ce fut le cas en deuxième période à l’AJ Bell Stadium, ils ont le vent dans le dos dans cette compétition. Mola le sait : « On est là, pas forcément comme j’aurais aimé qu’on le soit, mais on est bien présents.»

Faumuina, touché à un mollet, n’a pas pu entrer

En milieu de première mi-temps, la scène a interloqué les journalistes présents dans les travées de l’AJ Bell Stadium. Le pilier droit Charlie Faumuina est revenu de son échauffement et s’est entretenu avec plusieurs membres du staff toulousain. Les grimaces et les sourires gênés se lisaient alors sur les visages. « Charlie a ressenti une pointe au mollet sur la deuxième partie de son échauffement », expliquait Ugo Mola après la rencontre, qui a vite pris la décision de ne pas le faire entrer en jeu, alors qu’il était évidemment trop tard pour inscrire un autre joueur sur la feuille de match. Il fallait composer. « Cela a malheureusement obligé Rodrigue Neti à dépanner à droite, avec une mêlée qui fut difficile sur la fin, et nous avons dû gagner ce match à vingt-deux finalement », reprenait Mola. Croisé quelques heures plus tard à l’aéroport, le AllBlack boitait sérieusement. Il devrait passer des examens en début de semaine.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?