Champions Cup - Leyds, Monsieur 80 minutes

  • Dillyn Leyds.
    Dillyn Leyds. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La séquence - partagée jusqu’en Afrique-du-Sud et vue des dizaines de milliers de fois - a beaucoup amusé les suiveurs rochelais et les supporters du si bon vivant springbok. On y voit Dillyn Leyds s’enfiler cul sec une bière tendue par un groupe de supporters présents à Deflandre, lors du tour d’honneur célébrant la victoire face à Toulouse (30-7), le 7 janvier. Un petit plaisir bien mérité après une première partie de saison menée tambour battant. Tenez-vous bien, depuis septembre, l’ailier rochelais est allé au bout des quatre-vingts minutes de treize de ses quatorze matchs démarrés comme titulaire. Son unique entorse à la règle ? Une sortie après l’heure de jeu, à Bayonne… commotion oblige ! La seule fois où il était préposé au banc dans le rôle de "décideur" ? Non seulement il a joué soixante-treize minutes - pour pallier la perte sur blessure d’Antoine Hastoy à Clermont - mais il s’est aussi découvert au pied levé un petit talent de buteur, à balles réelles. Avec un aussi incroyable qu’insolent 100 % de réussite sur ses deux premières sorties comme canonnier de substitution. Laissé au repos dans les tribunes de Deflandre samedi dernier pour la réception de l’Ulster, après une semaine d’entraînement allégé, le Rochelais le plus utilisé de la saison (le seul au-delà des mille minutes de jeu) fait son retour sur la pelouse de Northampton. Auteur de cinq essais, dont un à l’aller face aux Saints, Leyds pète la forme. Autant dans les couloirs que derrière où il se montre bien plus souverain qu’à l’accoutumée sous les ballons hauts.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?