L'édito : Trop, c’est trop

  • Damian Penaud fait partie des joueurs les plus utilisés cette saison en Top 14
    Damian Penaud fait partie des joueurs les plus utilisés cette saison en Top 14 Icon Sport
Publié le

L'édito du vendredi 20 janvier par Léo Faure...

Les internationaux français jouent-ils trop ? On s’est posé la question des temps de jeu, cette semaine, sur notre prolongement web Rugbyrama. Parce que le préparateur physique des Bleus Thibault Giroud affirmait qu’en l’état, à ce niveau d’intensité et au rythme de 2000 minutes de matchs par saison, l’inoxydable Antoine Dupont serait lui aussi oxydé, à moyen terme. Parce que Giroud est plus que crédible en la matière, dans sa maîtrise du volet statistique et dans le soin qu’il a (enfin) mis au profit de la physiologie des joueurs du XV de France. Résultats à la clé. Parce que nous sommes en année de Coupe du monde et pas n’importe laquelle, la nôtre. Qu’on devrait s’y avancer parmi les favoris, ce qui n’est pas banal dans l’histoire du rugby français. Parce que, ces dernières semaines, les blessures en cascade font légitimement craindre un scénario similaire, dans six mois, quand approchera le grand événement. Lorsque chaque blessure parmi le groupe des joueurs cadres sera vécue comme un petit traumatisme.

Alors, les internationaux français jouent-ils trop ? Le sélectionneur Fabien Galthié y répond ici, à sa manière, avec le biais de sa fonction et la pondération sémantique qu’elle lui impose. Question de diplomatie. Pour l’aider, un comparatif. Revenons à Dupont.

Le demi de mêlée star des Bleus a été protégé comme jamais par son club, qui lui a accordé cette saison plus de vacances qu’il ne lui en doit, en plus de quelques mises au banc. Il a aussi connu une suspension et le repos forcé qu’elle induit, après son plaquage en l’air sur Cheslin Kolbe lors du dernier France-Afrique du sud de Marseille. Résultat : 1021 minutes jouées en quatre mois et demi. Ce qui, si on continue à ce rythme, lui fera dépasser largement les 2000 minutes évoquées par Thibault Giroud.

En comparaison, si l’on considère les demis de mêlée de trois autres nations qui pointent au rang des futurs favoris : 441 minutes pour Gibson-Park (Irlande) ; 147 minutes pour Aaron Smith (Nouvelle-Zélande) ; 227 minutes pour Faf de Klerk (Afrique du Sud). Tout est dit. Éloquent.

Pour bien faire, il faudrait donc réduire significativement la voilure du temps de jeu. Sauf que. Le problème n’est pas ici celui de la bonne volonté des clubs, qui ont pu par le passé rechigner à l’effort collectif mais qui, désormais, accordent à Galthié et son staff plus qu’ils ne lui doivent. Ils accordent surtout bien plus que ne saurait le supporter la seule logique entrepreneuriale du "employeur-employé".

Le problème est celui d’un système. Engagés sur le chemin de la coopération et du "tout pour la Coupe du monde", cet événement sacré qui doit offrir à tous les acteurs du rugby (eux compris) des retombées dorées, les clubs donnent ce qu’ils peuvent. Et même plus. Sans que cela soit suffisant.

Insoluble, vous dites ? Pas vraiment. Pour s’en extraire, il faudrait avoir le courage de la raison. Celle d’un championnat resserré, qui protège les corps et les hommes, qui privilégie la qualité sur la quantité. Avoir le courage d’une refonte globale des calendriers, cette idée nécessaire qui circule depuis 20 ans sans trouver personne qui ait la conviction pour aboutir. En attendant, Dupont joue, enchaîne et s’use. Comme les autres. Le prix à payer sera réel. Rendez-vous à l’heure des comptes.

Léo FAURE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
jmbegue Il y a 8 jours Le 20/01/2023 à 20:00

Que je suis heureux de lire cet édito!!!
L’interview de Giroud m'avait fait froid dans le dos. On joue et on risque la santé de ces joueurs sans aucune retenue et sans scrupules. On fait rejouer des gens à peine remis de blessures.
Il faut en effet trouver rapidement des solutions.
Au niveau des clubs, diminuer le nombre de clubs et arriver à top 12 ou 10. Ou bien revenir au système des poules.
Et au niveau international, supprimer le Tournoi des 6 Nations les années de coupe du Monde.